21 ans après, l’assassin présumé d’un étudiant identifié

Publié le 17/12/2015 - 08:12
Mis à jour le 17/12/2015 - 08:14

Le meurtrier présumé d'un étudiant lardé de coups de couteau à Belfort a été formellement identifié et mis en examen, a-t-on appris ce mercredi 16 décembre 2015 auprès du parquet de Montbéliard.

PUBLICITÉ

Le 5 juillet 1994, le corps de Stéphane Dieterich, frappé de dix coups de couteau, avait été découvert, après un coup de fil anonyme, dans un bois, connu comme lieu de rendez-vous sexuels, près d’une fête foraine de Belfort où l’étudiant s’était rendu la veille.

Le meurtrier présumé de l’étudiant, un homme né en 1969, « a été identifié, mis en examen et incarcéré » pour « assassinat », a indiqué le parquet de Montbéliard confirmant une information de France 3 Franche-Comté. « Il s’agit du meilleur ami de la victime. Il a reconnu les faits », a-t-on ajouté de même source.

Le parquet de Montbéliard avait rouvert une information judiciaire « au regard de nouveaux témoignages » versés au dossier en 2013, et pour « réexploiter tout l’inventaire des scellés » . Les enquêteurs ont notamment « réexploité l’ADN » et « la police judiciaire a fait un travail extrêmement important qui a permis de resserrer les éléments à l’encontre » du suspect, a-t-on expliqué.

Convoqué par les enquêteurs, le suspect a été placé en garde à vue mardi matin. La cour d’appel de Besançon avait clos une première fois l’enquête en 2002 sans être parvenu à identifier ni l’auteur ni ses mobiles.

Dans cette affaire non élucidée, la juge d’instruction de Belfort Christine Schlumberger avait lancé en 1995 un appel lors de l’émission télévisée « Témoin No 1 » sur TF1.

La juge avait rendu en 2001 un non-lieu, faute d’avoir pu identifier l’auteur. Cette décision avait été remise en cause par la famille, soutenue par plusieurs associations.

En juin 2000, la famille de l’étudiant, ancien major de l’école supérieure de commerce de Besançon, avait été reçue à l’Élysée par un conseiller du président Jacques Chirac. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.11
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
93 %

Sondage