Tramway de Besançon : un recours en excès de pouvoir

Publié le 06/06/2011 - 23:46
Mis à jour le 06/06/2011 - 23:46

Les présidents du Mouvement Franche-Comté (Jean-Philippe Allenbach), de l'Union Civique des Contribuables Citoyens (Serge Grass) et de Besançon Renouveau (Jean-Pierre Soulier) ont déposé aujourd’hui, auprès du TA de Besançon, un « recours en excès de pouvoir » et un « référé suspension » dans le but de faire annuler la décision prise par le conseil municipal du 6 mai 2011 de renforcer le pont Charles-de-Gaulle afin de lui permettre de pouvoir supporter le passage du tram.

1307397038.JPG
Jean-Philippe Allenbach ©carvy
PUBLICITÉ

Pour ces associations, lancer les travaux préparatoires à l’arrivée du tram avant même la signature de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) revient « à spéculer avec l’argent des habitants sur un événement aléatoire. Cela fait prendre le risque aux contribuables de devoir rembourser les concessionnaires pour tous ces travaux si jamais la DUP n’est pas signée ».

Les demandeurs sont particulièrement confiants dans l’issue de cette procédure vues les récentes décisions des TA de Nîmes et de Toulouse qui n’ont pas hésité à stopper brutalement les projets de tram de ces deux villes quand bien même la DUP était déjà signée.

« Désormais l’avenir du tram n’est plus dans les mains de JLF, ni dans celles du préfet mais dans celles de la Justice », conclut un communiqué.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.54
légère pluie
le 19/05 à 12h00
Vent
2.39 m/s
Pression
1005.05 hPa
Humidité
93 %

Sondage