Un CRS condamné pour des PV imaginaires dressés à un rival amoureux

Publié le 06/01/2015 - 17:01
Mis à jour le 06/01/2015 - 18:17

Un CRS marseillais qui avait dressé trois contraventions imaginaires au nouveau compagnon de son ex-épouse a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende.

INSOLITE

PUBLICITÉ

Jugé le 25 novembre pour détournement à caractère personnel de la finalité de fichiers informatisés, faux et usage en écriture publique, ce sous-brigadier âgé de 41 ans avait reconnu la consultation, avec ses propres codes d’accès, du Système de traitement des infractions constatées (Stic) et du registre des immatriculations de véhicules dans le but de « se venger bêtement » de son rival.

Le tribunal n’a pas prononcé l’interdiction définitive d’exercer la fonction de policier qui avait été requise. Estimant que ce fonctionnaire n’avait « plus sa place dans la police », le procureur, Benoît Vandermaesen, avait dénoncé un comportement « ravageur pour l’institution ».

Le président du tribunal, Fabrice Castoldi, a cependant indiqué qu« ‘il appartenait à l’autorité administrative d’apprécier si ces agissements devaient être sanctionnés administrativement ». Le magistrat a souligné la gravité des faits qui « portent atteinte à l’état de droit: accéder à des données protégées et abuser de sa fonction, c’est aussi jeter l’opprobre sur l’ensemble des fonctionnaires de police », a pointé M. Castoldi.

Policier mal noté par sa hiérarchie, muté d’office à la CRS autoroutière Provence de Septèmes-les-Vallons, le sous-brigadier a reconnu avoir voulu « faire du mal à (s)on ex et à (s)on copain. Je sais que j’ai fait une grosse erreur mais je voulais savoir qui vivait sous mon toit, si cette personne était connue de nos services ». Les verbalisations imaginaires portaient la mention « refus de signer » et sanctionnaient un feu rouge grillé, un défaut de port de ceinture de sécurité et l’usage du téléphone au volant.

L’enquête avait débuté par un signalement à la plateforme internet de l’Inspection Générale de la Police Nationale fait par l’ex-compagne du policier. Le sous-brigadier avait demandé à un adjoint de sécurité, en patrouille avec lui le jour des fausses verbalisations, de mentir aux enquêteurs de l’IGPN. Le prévenu avait déjà été interdit de voie publique et avait été désarmé par sa hiérarchie. « N’en faites pas un paria », avait plaidé son avocate Myriam Gréco, évoquant la « douleur » de son client : « Il était insupportable pour lui que ce jeune amant habite la maison du bonheur qui lui appartient ».

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.09
légère pluie
le 17/10 à 21h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1015.08 hPa
Humidité
95 %

Sondage