Alerte Témoin

Un guide pour des repas de Noël sans OGM

Publié le 18/12/2008 - 16:20
Mis à jour le 18/12/2008 - 16:20

Foies gras, saumons d’élevages, volailles, fromages, glaces ou chocolats. Greenpeace a passé au crible les produits symboliques des fêtes de fin d’année, marque après marque, pour indiquer au consommateur ceux qui contiennent des OGM. Ouf, on pourra manger Comté, Morbier et Mont d’Or sans souci. En revanche, méfiance quant au choix de certains mets de Noël ou Nouvel An.

1229613942.jpg
©miss.dom

Selon Greenpeace, le marché se partage clairement entre les filières dont les animaux sont nourris aux OGM et celles qui font l’effort de les exclure, soit le bio, certaines AOC et labels de qualité… Afin d’aider le consommateur à s’y retrouver parmi les produits de Noël à acheter et ceux à éviter, cette association vient de publier un guide téléchargeable sur internet.

Véritable enquête
"De nombreux produits symboliques des tables occidentales pendant la période de fêtes de fin d’année sont issus d’animaux nourris au soja GM. Et alors que des doutes existent sur l’innocuité des OGM sur l’alimentation des animaux, rien n’oblige les industriels à en faire mention... Les filières de qualité qui font l’effort de les exclure n’ont pas non plus la possibilité de le faire savoir sur les étiquettes. Majoritairement opposés aux OGM, les consommateurs n’ont donc pas la liberté de choisir entre des produits avec ou sans OGM et cautionnent ainsi malgré eux le développement de ces cultures dans le monde", précise l’association.
Pour réaliser ce guide, Greenpeace a envoyé un questionnaire aux industriels de l’agroalimentaire afin de savoir s’ils utilisent des produits élaborés à partir d’animaux nourris aux OGM. Selon leurs déclarations, ces produits ont été classés en trois catégories : vert, orange et rouge.

Explications
- Vert : le fabricant garantit ne pas utiliser de produits animaux ou issus d’animaux nourris aux OGM.
- Orange : le fabricant affirme avoir entamé une démarche pour exclure les OGM de l’alimentation animale, mais Greenpeace ne peut pas encore garantir qu’il n’en utilise plus du tout.
- Rouge : le fabricant ne certifie pas que les produits animaux ou issus d’animaux, utilisés dans la fabrication de ses produits, proviennent de bêtes nourries sans OGM. "Il est à noter que les fabricants qui font des efforts ont généralement intérêt à le faire savoir. C’est pourquoi les entreprises qui n’ont pas répondu et n’ont donc pas garanti l’absence d’OGM dans leurs productions sont en rouge", précise Greenpeace.


Pour télécharger ce guide
:

Version originale : http://www.greenpeace.org/raw/content/france/presse/dossiers-documents/guide-de-noel-des-produits-avec-ou-sans-ogm.pdf

Version imprimable : http://www.greenpeace.org/raw/content/france/presse/dossiers-documents/guide-de-noel-des-produits-avec-ou-sans-ogm-version-imprimable.pdf

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.37
    ciel dégagé
    le 05/08 à 9h00
    Vent
    4.17 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    27 %

    Sondage