Un projet urbain « low cost » pour les Prés de Vaux

Publié le 02/04/2009 - 23:45
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:29

La page industrielle du site de la Rhodia s’est officiellement tournée le 2 avril au soir à la maison de l’Architecture de Franche-Comté. En présence de l’architecte-urbaniste Patrick Duguet, Jean-Louis Fousseret a présenté le projet de reconversion de cette longue bande de terrain des bords du Doubs en un lieu de vie, de culture et de sports. A découvrir jusqu’à la fin du mois.

PUBLICITÉ
De grands panneaux ont investi la salle d’exposition de la maison de l’Architecture, 2 rue de Pontarlier à Besançon. Tel un croissant de lune, le site de la Rhodia s’y allonge, de la future Smac à la Malate. En déshérence depuis trop longtemps, ces 20 hectares occupés en grande partie par les bâtiments hétéroclites de l’ancienne usine textile constituent à l’heure actuelle une véritable verrue en entrée de ville, juste sous la Citadelle aujourd’hui patrimoine mondial de l’Unesco. Mais sur ces plans, on les découvre totalement métamorphosés. Pourraient en effet y trouver place des petits immeubles abritant cent dix logements, un musée de la soie (la soie artificielle est née là à l’initiative d’Hilaire de Chardonnet), un parc des arts et un autre des sports, une cafétéria, un lieu de stockage pour les décors du théâtre, une base de canoë-kayak,  etc.

Les bonnes questions
Après avoir tenté en vain d’acquérir le site, la municipalité a changé son fusil d’épaule et a fait plancher trois équipes sur ce qu’il pourrait devenir. Celle pilotée par l’architecte-urbaniste parisien Patrick Duguet et le paysagiste strasbourgeois Alfred Peter a été retenue, bien qu’elle n’y croyait guère. «Nous avons développé un projet sur le long terme et d’ordinaire ce n’est pas ce qui convient aux élus qui souhaitent que leur projet aboutisse pendant la durée de leur mandat, a expliqué Patrick Duguet. Nous sommes vraiment reparti de zéro en tentant de poser les bonnes questions d’une étude urbanistique. L’idée d’Alfred Peter était de jouer sur la notion d’un «parc  low cost », bien que nous ayons présenté notre projet avant que la crise n’éclate et que nous ne l’ayons nullement pressentie. Le site a deux énormes contraintes qui sont la pollution et les risques d’inondations. Nous avons choisi de partir de ces contraintes et d’en faire les bases de notre projet, de nous servir de ce qui existait. Nous avons prévu de dépolluer le site en utilisant des plantes, de réutiliser pour les bâtiments le maximum de matériaux qui se trouvent sur place et de créer un parc qui ne demande pas un entretien considérable. Pour nous, c’est une véritable chance d’avoir un site aussi beau dont plus personne ne se rend compte de sa beauté. C’est un espace à réinventer totalement mais qui est doté d’un potentiel fabuleux.»

A l’horizon 2018
Pour l’instant le projet présenté n’est qu’une étude d’urbanisme qui donne les grandes lignes mais dont chaque élément sera retravaillé. La déclaration d’utilité publique devrait être déposée d’ici à la fin de l’année. Et la reconversion des friches industrielles des Prés de Vaux devenir enfin une réalité… à l’horizon 2018.
 
 Au sujet de la dépollution du site par les plantes, lire ICI

L’exposition est visible jusqu’au 30 avril, au 2 rue de Pontarlier à Besançon, du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La future métamorphose du campus de la Bouloie à Besançon

Synergie campus • Réuni ce lundi 8 avril 2019, le comité de pilotage de la rénovation du campus de la Bouloie a acté les grands axes du projet, synonyme du top départ de la transformation du site avec les premières réalisations : un nouveau site pour l’école d’ingénieurs en biomédical (ISIFC), le nouveau campus AREA Sport, le Jardin des Sciences ainsi que des nouveaux espaces de vie et de circulation. Des projets visibles dès 2021.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 20.77
ciel dégagé
le 18/04 à 15h00
Vent
3.37 m/s
Pression
1018.542 hPa
Humidité
55 %

Sondage