Une campagne anti-frontalier qui donne "la nausée"

Publié le 26/02/2015 - 17:30
Mis à jour le 27/02/2015 - 10:11

Le Mouvement des Citoyens Genevois, présidé par Eric Stauffer, parti ouvertement xénophobe suisse, a dans la ligne de mire les travailleurs français frontaliers. 65.000 français résidant en France travaillent à Genève, ce qui énervent certains cantons. Le parti a décidé d'utiliser une nouvelle tactique de communication qui n'est pas sans rappeler des traits de la propagande des années 30-40.

capture_decran_2015-02-26_a_17.32.47.png
http://mcge.ch/
PUBLICITÉ

En effet, le parti envisage de coller des affichettes sur les commerces précisant le pourcentage de frontaliers y travaillant. Un moyen de montrer du doigt publiquement le travailleur frontalier, de la même façon que les nazis peignaient des étoiles jaunes sur les vitrines des commerces appartenant aux juifs… 

« Alors pourquoi cette «communication» donne-t-elle la nause?e ? Pourquoi de tels arguments aussi simplistes et be?tes nous touchent-ils chaque jour un peu plus ? Peut- e?tre simplement parce qu’ils finissent par porter leurs fruits. Depuis des anne?es, ce parti ouvertement xe?nophobe fait son lit d’un bouc e?missaire ide?al : le frontalier » explique Michel Charrat, président du groupement transfrontalier européen.

Il raconte que jusqu’à maintenant, « Nous avons tout lu et tout entendu : depuis la racaille, jusqu’a? l’e?radication. Des propos qui auraient du? soulever des vagues de protestation chez nos voisins. Malheureusement rien ou pas grand-chose. A chaque fois, on nous dit qu’il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu. Que le cynisme affiche? des membres de ce parti finira par se retourner contre eux. On veut bien, mais quand ? Pour l’instant, force est de constater que le parti s’ancre de plus en plus dans le paysage genevois et biento?t suisse. » 

Le président du groupement s’insurge : « Qu’est devenue l’image de Genève, ville internationale, ouverte sur le monde ? Ville de débats où les institutions internationales peuvent organiser de grandes réunions planétaires sur les thèmes les plus divers. Chaque jour, Genève se referme sur elle- même, se sclérose. Il est grand temps que les Genevois réagissent, avant qu’il ne soit trop tard. Espérons que ce zéro frontalier permette aux électeurs d’adresser aux cyniques, un zéro pointé ! »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.61
pluie modérée
le 19/10 à 12h00
Vent
4.7 m/s
Pression
1008.34 hPa
Humidité
93 %

Sondage