Législative partielle : un scrutin risqué et capital pour le PS

Publié le 30/01/2015 - 13:19
Mis à jour le 31/01/2015 - 08:59

Le PS, qui vient de perdre la majorité absolue avec le le départ vers le groupe RRDP du député Jean-Pierre Maggi, a déjà perdu 13 législatives partielles depuis 2012 et la succession du PS  Pierre Moscovici comme député du Doubs s'annonce serrée dimanche. À quelques semaines des départementales, la concurrence à gauche risque de faire perdre au PS ce siège convoité par l'UMP et le FN. Les attentats de Charlie Hebdo auront-ils un impact ? C'est une des inconnues du scrutin. Et la gauche qui part divisée avec pas moins de quatre candidats sera-t-elle au second tour ? 

montel_demouge_barbier.jpg
montel_demouge_barbier.jpg
PUBLICITÉ

Pour le secrétaire général de l’UMP Laurent Wauquiez, c’est une « bataille symbolique » qui se joue dans le Doubs: « On parle de la succession de Moscovici », l’ancien ministre de l’Économie nommé commissaire européen, « qui a fait exploser les impôts en France », avait-il estimé en venant soutenir le candidat Charles Demouge.

Dans cette circonscription populaire, berceau de l’industrie automobile (22% d’ouvriers contre 13,5% au niveau national), la présence de la gauche au deuxième tour est « l’inconnue majeure du scrutin », estime Bernard Sananes, de l’institut de sondages CSA.

Depuis la victoire de Pierre Moscovici en juin 1997, le siège de député de la 4e circonscription du Doubs est aux mains du PS, à l’exception de la législature 2002-2007 remportée par l’UMP. En cas de victoire, le PS aurait de nouveau 289 sièges à l’Assemblée nationale, soit la majorité absolue qu’il vient de perdre avec le départ du député Jean-Pierre Maggi vers le groupe RRDP (à majorité radicaux de gauche).

Mais dimanche, le PS, qui a perdu les treize élections du même type organisées depuis 2012, part avec un handicap de poids: la présence de quatre autres candidats de gauche (EELV, Front de gauche, LO, communiste), sur treize candidats au total. La forte abstention attendue ne permettra qu’aux deux premiers d’avoir accès à un éventuel 2e tour, le 8 février. 

Le socialiste Frédéric Barbier, ancien suppléant de Pierre Moscovici, se considère comme « le seul candidat de gauche à pouvoir aller au deuxième tour ». « S’il n’y a pas un rassemblement dès le premier tour, il y a un vrai risque que la gauche ne soit pas au 2e tour« , convient M. Barbier, s’attendant à des résultats « extrêmement serrés ». Cet ancien cadre ERDF de 54 ans défend le bilan du député sortant Pierre Moscovici qui, dit-il, « a travaillé pour sauver Peugeot ».

Le parti de la gauche radicale grecque Syriza a apporté son soutien à Vincent Adami, candidat du Front de gauche.              

La droite plus rassemblée, Le FN bien ancré            

La droite est plus rassemblée : l’UMP a obtenu le soutien de l’UDI et le MoDem a décidé de ne pas présenter de candidat pour éviter « de faire le jeu de candidats extrémistes ». Le FN, qui avait récolté 36% des voix sur la 4e circonscription du Doubs lors des élections européennes de 2014, espère terminer en tête du premier tour dimanche. Et si elle emportait le deuxième tour, l’extrême droite pourrait bénéficier d’un troisième siège à l’Assemblée nationale.

Mais l’UMP Charles Demouge, ancien enseignant de 69 ans, prédit que « le FN, même bien ancré, ne fera pas 50% au deuxième tour ». Lors du premier tour de la législative de 2012, la députée européenne Sophie Montel avait obtenu 23,87% des suffrages, devant l’UMP Charles Demouge (23,21%) et derrière Pierre Moscovici (40,81%). Au deuxième tour, M. Moscovici l’avait emporté avec 49,32% devant M. Demouge (26,21%) et Mme Montel (24,47%).

Une inconnue : l’impact des attentats sur le scrutin

Sophie Montel, 45 ans, et Marine Le Pen, venue soutenir la candidate aux portes de l’usine PSA Peugeot Citroën de Sochaux, ont axé leur campagne sur la désindustrialisation et le « péril islamiste », au lendemain des attentats de janvier qui ont fait 17 morts à Paris. L’impact des attentats sur le résultat de l’élection est l’une des inconnues du scrutin.

« Mobilisez-vous ! Soyez fiers de cette France du 11 janvier », a lancé mardi Manuel Valls lors d’un meeting à Audincourt, chahuté par une coupure d’électricité revendiquée par la CGT et des notaires.

Auréolé d’un rebond de popularité depuis les attentats et les défilés du 11 janvier, le Premier ministre a appelé « au rassemblement de tous les électeurs de gauche » autour du candidat PS. Pour Bernard Sananes, sur ce point aussi l’élection aura valeur de test: « Les actes terroristes et l’esprit de rassemblement qui les ont suivis influeront-ils sur le comportement électoral? »


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Le tout fraîchement élu président des Républicains Christian Jacob a réclamé ce lundi 14 octobre 2019 l'interdiction du port du voile lors des sorties scolaires, en réponse au débat relancé par un élu RN qui a pris à partie une mère voilée lors d'une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.68
couvert
le 17/10 à 12h00
Vent
4.986 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
62 %

Sondage