Une pénurie de bières et de sodas menace-t-elle l'Europe ?

Publié le 29/06/2018 - 10:01
Mis à jour le 29/06/2018 - 10:10

Alors que la Coupe du Monde bat son plein, cette fin de juin 2018 voit s'installer en Europe une pénurie d'un genre nouveau : le gaz carbonique, qui donne son pétillant aux bières et sodas, vient à manquer. Un vrai problème que doivent gérer les producteurs de boissons comme Coca-Cola ou Heineken

biere.jpg
biere.jpg
PUBLICITÉ

Gas World, revue spécialisée, l’a décrite comme « la pire pénurie de CO2 en Europe depuis des dizaines d’années« . Le gaz carbonique se fait rare et les marques bien connues de sodas ou bières « désespèrent » d’en trouver.

Heineken et Coca-Cola en première ligne

Le groupe Heineken dit travailler « 24 heures sur 24″  pour combler les problèmes rencontrés par leurs stocks, et prévoit des pénuries de leurs produits Amstel et John Smith’s. La marque Booker a limitée ses ventes aux grossistes à dix caisses de bières et cinq caisses pour les boissons gazeuses non-alcoolisées.

Coca-Cola a également été touché. Sa filière britannique a même temporairement suspendu une partie de sa chaîne de production, en assurant toutefois qu’il n’y aurait « pas d’impact sur l’approvisionnement ».

Pourquoi une telle pénurie ?

Les raisons de cette pénurie ? La première est évidente : avec les fortes chaleurs, la demande de boissons gazeuses a logiquement augmenté.

La seconde l’est moins, et concerne l’ammoniac, élément majeur dans la production de dioxyde de carbone. Au printemps, les entreprises d’ammoniac d’Europe du Nord sont habituellement en maintenance ; et cette année, la pause se sera allongée du fait des tendances à la baisse du marché, rendant moins intéressant pour les producteurs de se relancer rapidement.

Moins de production et plus de commandes : une coïncidence du calendrier qui étire dans les deux sens l’offre et la demande, menant à la situation d’aujourd’hui.

La situation devrait s’arranger

Mais rassurons-nous : selon Gas World, la situation devrait revenir à la normale une fois les usines relancées. Le risque de devoir regarder un France-Argentine sous un soleil de plomb et sans aucune boisson gazeuse à portée de main n’est pas encore d’actualité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.94
ciel dégagé
le 16/07 à 15h00
Vent
2.57 m/s
Pression
1016.14 hPa
Humidité
39 %

Sondage