Une policière détourne une télé volée pour équiper le commissariat

Publié le 30/03/2012 - 10:54
Mis à jour le 30/03/2012 - 11:16

Une policière de Metz a comparu devant le tribunal correctionnel de cette ville pour avoir "équipé" la salle de repos de son commissariat de quartier avec un téléviseur à écran plat saisi lors d'une perquisition, en affirmant qu'il s'agissait d'un "cadeau du parquet".

écran plat

PUBLICITÉ

Accusée de détournement de scellés, la brigadière de 33 ans a également dû répondre d’un faux en écriture publique établi lorsqu’il s’est agi de « régulariser » le statut juridique du téléviseur pour permettre la restitution à son propriétaire.

La policière, mère de trois enfants, a expliqué au tribunal qu’en installant le téléviseur de 80 cm au commissariat, elle désengorgeait le local des scellés tout en « rendant service » à ses collègues.

Bien qu’officier de police judiciaire (OPJ) depuis 2005, elle a plaidé une « insuffisance professionnelle ». « Je n’avais pas pleinement connaissance de la procédure à suivre avec des scellés. J’ai montré des carences », a-t-elle reconnu.

Pour le procureur Pierre-Yves Couilleau, la prévenue est « certes » incompétente mais aussi malhonnête. « En déclarant que c’était un +cadeau du parquet+, elle a voulu accréditer l’idée que le ministère public de Metz acceptait du coulage dans les scellés. J’en suis scandalisé! », a-t-il tonné.

« Mais surtout, cette policière a trahi la confiance du parquet », a-t-il poursuivi. « Car comment un procureur peut-il travailler s’il doute de ses OPJ? », s’est-il interrogé en requérant six mois de prison assortis du sursis.

Pour l’avocate de la défense, « cette affaire n’est rien de plus qu’un manquement à des obligations professionnelles », la policière n’ayant « à aucun moment » songé à s’accaparer le téléviseur.

Le jugement est prévu le 7 juin.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.85
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
93 %

Sondage