Valentigney : non-lieu pour quatre policiers après le décès d'un homme lors de son interpellation

Publié le 07/01/2013 - 11:15
Mis à jour le 07/01/2013 - 11:15

Les quatre policiers, poursuivis pour homicide involontaire après le décès de Mohamed Boukrourou, fin 2009, lors de son interpellation à Valentigney, près de Montbéliard, viennent de bénéficier d'un non-lieu. La famille de la victime a fait appel.

PUBLICITÉ

"Les juges d'instruction ont considéré que les infractions de violences volontaires n'étaient pas matériellement constituées et que l'interpellation était justifiée", a indiqué l'avocat des policiers, Me Randall Schwerdorffer, qui s'est dit "satisfait de cette décision".

La procureure de Montbéliard, Thérèse Brunisso, a confirmé que les deux juges d'instruction en charge du dossier avaient rendu un non-lieu le 21 décembre dernier, conformément à ses réquisitions. "La famille a fait appel de cette décision et le dossier va maintenant être examiné par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, qui décidera de confirmer ou d'infirmer ce non-lieu", a-t-elle précisé.

Pour l'avocat de la famille, Me Alain Dreyfus-Schmidt, "chaque fois qu'il y a des violences commises par des policiers, l'affaire est enterrée. On couvre les bavures policières", selon lui.

Les policiers, deux hommes et deux femmes, avaient été mis en examen en mars 2012. Ils étaient soupçonnés d'avoir provoqué la mort de Mohamed Boukrourou, 41 ans, le 12 novembre 2009 à Valentigney. M. Boukrourou avait été conduit dans un fourgon par des policiers appelés par un pharmacien inquiet de "l'état d'énervement extrême" de son client, qui protestait contre la qualité des médicaments vendus. Trois policiers l'auraient maîtrisé en s'asseyant et en se tenant debout sur ses jambes, son bassin et son torse. L'homme avait succombé à un arrêt cardio-respiratoire.

La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a estimé dans un rapport de décembre 2011 que la police avait fait un "usage disproportionné de la force" lors de l'interpellation.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Assises du Doubs : peine alourdie en appel pour un féminicide

Mise à jour à 14h10 • Un chauffeur routier de 58 ans a été condamné dans la nuit de mardi 10 à mercredi 11 décembre 2019 par la cour d'assises d'appel de Besançon à 30 ans de réclusion, dont 20 ans de sûreté, pour avoir tué sa femme puis dissimulé son corps avant d'installer sa maîtresse chez lui.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.89
légère pluie
le 15/12 à 18h00
Vent
2.89 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
86 %

Sondage