Alerte Témoin

L'indignation selon Macron à Besançon

Publié le 11/04/2017 - 18:45
Mis à jour le 05/06/2019 - 15:58

Face aux autres candidats et notamment face à  Mélenchon, Macron se présente en candidat de l'"indignation véritable". Il est revenu sur la leçon de Besançon sur le thème de la réindustrialisation devant près de 2.500 personnes à Micropolis Besançon

« Ca ne peut plus durer comme ça ! »

A douze jours du premier tour, alors que l'irruption de Jean-Luc Mélenchon à la troisième place des sondages bouscule la fin de campagne, Emmanuel Macron a attaqué ses rivaux, M. Mélenchon compris, sur le thème du renouvellement politique.

Le candidat "En Marche !" vers l'élection présidentielle devait se rendre à la résidence pour personnes âgées autonomes "Les Cèdres" en fin de journée vers 17h30 mais faute de temps, la visite a été annulée. Invité par Jean-Louis Fousseret, un des premiers marcheurs il y a un an, Emmanuel Macron était déjà venu  à Besançon le 27 septembre 2016 pour visiter l'école "Cuisine mode d'emploi(s)" de Thierry Marx avant de se rendre à Micronora. Emmanuel Macron a engrangé plusieurs soutiens dans la région, comme ceux des PS François Patriat, Yves Krattinger (Haute-Saône) et plus récemment celui de la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite Dufay. 

Claude Jeannerot, ancien sénateur et président du conseil déparemental du Doubs, François Patriat étaient également présents ce mardi soir dans la salle. 

Lors de son discours d'introduction Jean-Louis Fousseret est revenu sur "le succès" du mouvement en marche et espère bien le saluer en tant que président lors de sa prochaine venue en Franche-Comté. "Très tôt nous avons saisi que ce mouvement correspondait à une aspiration profonde de concitoyennes et concitoyens qui en ont  "ras-le-bol" – du «bloc contre bloc» et des négociations entre appareils, qui ne répondent plus aux aspirations des Françaises et des Français" a déclaré le maire de Besançon. 

"Ca ne peut plus durer comme ça"

"Le révolutionnaire communiste, il était sénateur socialiste quand j'étais encore au collège, que veut-il nous faire croire?", a fustigé M. Macron. Le candidat d'En Marche a également attaqué François Fillon, qui "depuis 35 ans est dans la vie polilitique française" et "visiblement en connaît intimement les pires usages". Mais aussi Marine Le Pen, qui porte "un nom, une marque que nous connaissons trop bien, qui hante la politique française depuis des décennies".

"Ca ne peut plus durer comme ça": Emmanuel Macron s'est donc présenté mardi soir en candidat de "l'indignation véritable" lors du meeting à Besançon où il a attaqué ses adversaires, Jean-Luc Mélenchon compris, sur le thème du renouvellement de la classe politique. Quand le candidat de la France insoumise, qui signe une percée dans les sondages, s'inspire du mouvement des "Indignés" espagnols, Emmanuel Macron lui a indirectement répondu en défendant une "indignation utile" face aux "indignations d'estrade".

"L'indignation elle est là, l'indignation elle est chez celles et ceux qui sont là dans cette salle ce soir, qui n'ont pas voulu accepter les règles de la vie politique", a-t-il lancé devant environ 2.500 partisans réunis au parc des expositions de Micropolis Besançon. 

"L'indignation elle est chez celles et ceux qui veulent se battre pour les classes moyennes, contre l'injustice sociale et territoriale, (...) qui veulent gagner la réindustrialisation", a-t-il affirmé, sur cette terre industrielle de l'est de la France tout en soulignant la leçon de Besançon qu'il avait déjà souligné lors de sa venue à Micronora en septembre dernier. Rejetant "l'indignation d'estrade, celle qui consiste à dénoncer et à rien proposer" et "l'indignation facile qui propose comme solution de répliquer les recettes d'hier et de dépenser l'argent qu'on a pas", il s'est posé en candidat d'une "indignation véritable", "profonde", "lucide" et "utile", en citant Stéphane Hessel, auteur du best-seller "Indignez-vous".

 "Qu'est ce qui fait que ce soir vous êtes là avec moi? C'est que toutes et tous nous nous sommes dit à un moment: Ca ne peut pas continuer comme ça! Ca ne peut pas continuer comme ça!", a lancé l'ex-ministre, qui doit combattre son image, véhiculée par la droite et l'extrême droite, d'héritier du quinquennat Hollande. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

emmanuel macron

Emmanuel Macron : son mouvement, son programme…

Le candidat du jeune mouvement "En Marche !" devient, à 39 ans,  le 8e président de la Ve République. Il l'emporte, avec 66,1 % des suffrages face à Marine Le Pen à 39,9%  selon les derniers chiffres du ministère de l'intérieur. 

Macron : personne n’attend d’un président « une bonne journée de gauche ou de droite »

En meeting à Dijon devant 2.500 personnes, Emmanuel Macron a balayé ce jeudi 23 mars 2017 les critiques sur son positionnement politique et ses ralliements en assurant que personne n'attend d'un président qu'il fasse "une bonne journée de gauche ou une bonne journée de droite". Le prochain meeting d'Emmanuel Macron en Bourgogne Franche-Comté se déroulera le mardi 11 avril 2017 à 19h à Micropolis Besançon.

Emmanuel Macron en meeting à Micropolis Besançon le 11 avril

Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon avait annoncé la venue d'Emmanuel Macron en début d'année. La date vient officiellement d'être annoncée. Le candidat à la présidentielle qui devrait obtenir le soutien de Jean-Yves Le Drian dans la journée, sera bien en meeting à Micropolis le mardi 11 avril prochain. 

Alliance Bayrou-Macron : « C’est un choix extrêmement cohérent »

Le président du Modem François Bayou a créé la surprise ce mercredi 22 février 2017 en déclarant non pas sa candidature à l'élection présidentielle, mais en proposant une alliance à Emmanuel Macron. Ce dernier l'ayant acceptée accompagnée des quatre conditions. Pour Laurent Croizier, président du Modem du Doubs et candidat aux législatives"c'est un choix extrêmement cohérent" et "une décision qui est dans l'intérêt du pays". 

Politique

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Isabelle Guillame, la première femme élue maire à Ornans

Le conseil municipal d’installation s’est tenu lundi 25 mai à 19h au Centre d'Animation et de Loisirs d'Ornans. Isabelle Guillame a été élue maire d’Ornans avec 22 votes pour, 3 votes nuls et 2 votes blancs. La première femme élue maire d’Ornans a exprimé lors de son allocution une ambition collective "innovante, ancrée dans le quotidien, imaginative, inventive, apte à répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain [...]". Elle a également rappelé le rôle central de l’élu pour la vie locale et le bien-être des concitoyens.

Ludovic Fagaut : « Cette pandémie, inédite dans notre histoire moderne, implique inévitablement une remise en question de nos modèles »

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Après Anne Vignot et Eric Alauzet, voici les réponses de Ludovic Fagaut...

Éric Alauzet : « il faut évoluer et changer nos habitudes de consommation, de production, nos modes de vie… « 

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Le deuxième à nous répondre est Éric Alauzet...

Anne Vignot : « L’urgence de la situation nous amène à modifier l’envergure et la priorisation des moyens alloués à certains projets »

MUNICIPALE 2020 • Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Le premier à avoir répondu à nos questions est Anne Vignot, candidate EELV. Voici ses réponses…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.77
peu nuageux
le 28/05 à 9h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
38 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune