Vote de confiance pour M. Valls : les intentions de députés du Doubs

Publié le 08/04/2014 - 14:40
Mis à jour le 08/04/2014 - 14:54

Ce mardi 8 avril, à 15h, en direct de l'assemblée nationale à Paris, Manuel Valls, le nouveau premier ministre va réaliser son baptême de feu. En effet, il va devoir prononcer un discours de politique générale très attendu. En même temps, il posera la question de confiance, prévue par le premier alinéa de l'article 49 de la Constitution. Quelques députés du Doubs se sont exprimés sur les réseaux sociaux faisant transparaître ou supposer leur intention de vote... Mais d'abord, qu'est-ce qu'un vote de confiance ?

manuel_valls.jpg
©fondapol
PUBLICITÉ

Dans les régimes parlementaires, tout nouveau gouvernement doit obtenir l’aval des élus du peuple pour pouvoir exercer le pouvoir. Le chef du gouvernement expose son programme dans un discours de politique générale, qui est ensuite soumis au vote. S’il n’obtient pas la majorité des voix, le gouvernement doit remettre sa démission. La majorité doit alors reformer une équipe, qui sera elle aussi soumise au vote du parlement. Cette pratique, en vigueur sous la IIIe et IVe République, a été conservée dans la Constitution de la Ve République et apparaît dans l’article 49-1.

Le vote de confiance est surtout l’occasion pour le nouveau premier ministre d’affirmer son statut en tenant un discours majeur (pouvant dépasser les deux heures) devant l’Assemblée nationale. Ce rituel lui permet également d’assoir son autorité et d’obtenir une légitimité en soudant la majorité autour d’un projet. Mais les partis composant cette dernière peuvent exprimer leurs réserves en décidant de s’abstenir lors du vote. Ce fut le cas lors du discours de Jean-Marc Ayrault de 2012, où les communistes, irrités par la politique de rigueur budgétaire de leurs alliés, ont préféré ne pas prendre part au vote. Le gouvernement de l’ex-premier ministre avait finalement obtenu une majorité de 302 voix contre 225.

Les intentions d’Annie Genevard (ump), Barbara Romagnan (ps) et Eric Alauzet (eelv)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

L'eurodéputé Yannick Jadot (EELV) souhaite un "rapport de force écolo" qui soit "fort" dès le premier tour des élections municipales en mars 2020, se donnant pour objectif de "garder" Grenoble et en conquérir de nouvelles... comme Besançon où l'élue Anne Vignot devrait être tête de liste.

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.54
nuageux
le 17/09 à 0h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1020.41 hPa
Humidité
64 %

Sondage