Quels auteurs à ne pas manquer au festival Livres dans la boucle 2021 ?

Publié le 16/09/2021 - 18:40
Mis à jour le 17/09/2021 - 11:42

Pendant trois jours, les 17, 18 et 19 septembre prochains, le festival littéraire Livres dans la boucle à Besançon propose de nombreuses rencontres avec des auteurs et auteures. Coup de projecteur sur les rencontres avec les huit auteurs attendus en cette rentrée littéraire…

Cécile Coulon ©C. Nieszawer/Leextra/L'iconoclaste
Catherine Cusset ©F. Mantovani/Gallimard
Clara Dupont-Monod ©O. Roller
Nina Bouraoui ©P. Normand
Philippe Jaenada ©P. Ito/Flammarion
Jean-Baptiste Del Amo ©F. Mantovani/Gallimard
Sorj Chalandon ©J.F. Paga
Marie Darrieussecq ©C. Freger/P.O.L. ©
Cécile Coulon ©C. Nieszawer/Leextra/L'iconoclaste Catherine Cusset ©F. Mantovani/Gallimard Clara Dupont-Monod ©O. Roller Nina Bouraoui ©P. Normand Philippe Jaenada ©P. Ito/Flammarion Jean-Baptiste Del Amo ©F. Mantovani/Gallimard Sorj Chalandon ©J.F. Paga Marie Darrieussecq ©C. Freger/P.O.L. ©
PUBLICITÉ

Cécile Coulon, présidente de Livres dans la boucle 2021

Rendez-vous privilégié avec la présidente de cette 6e édition de Livres dans la Boucle pour qui l’écriture a toujours été une vocation. Elle a publié son premier roman à 16 ans et connu la consécration en 2012 avec son troisième, Le roi n’a pas sommeil, couronné du prix Coup de foudre des Vendanges littéraires et du prix Mauvais genres. Elle a ensuite reçu le prix des Libraires pour Trois saisons d’orage, le prix Apollinaire pour Les ronces et le prix littéraire du Monde pour Une bête au paradis.

Son huitième roman, Seule en sa demeure, nous entraîne dans une histoire de domination et d’amours empêchées. À 18 ans, Aimée doit quitter sa famille pour épouser un riche propriétaire terrien du Jura. Mais très vite, elle se heurte au silence de son mari et au fantôme de sa première épouse. Jusqu’au jour où une professeure de musique fait éclater ce monde clos...

Les rendez-vous avec l'auteure :

  • Seule en sa demeure
  • Vendredi à 19h30 au Scénacle
  • Cécile Coulon et Marie Bunel lisent Seule en sa demeure (L’Iconoclaste)

Le huitième roman de Cécile Coulon, Seule en sa demeure, nous plonge dans les affres d’un mariage arrangé comme il en existait tant au XIXe siècle. Elle retrouve sur la scène du Scénacle la comédienne Marie Bunel, remarquée pour ses nombreux rôles au cinéma (Les Choristes, Quai d’Orsay, Le daim), au théâtre et à la télévision, notamment dans les séries La Cour des grands et Main courante.

  • Une heure avec…
  • Cécile Coulon, Seule en sa demeure (L’Iconoclaste) et Clara Dupont-Monod, S’adapter (Stock)
  • Samedi à 14h15 – Cité des arts
  • Animé par Kerenn Elkaïm

Cécile Coulon, raconte Aimée qui, à 18 ans, doit épouser un riche propriétaire terrien. Très vite, elle se heurte au silence de son mari, à l’hostilité de la servante et au fantôme de la première épouse... Des fantômes, on en croise aussi dans le livre de Clara Dupont-Monod ; ceux d’une famille qui a vu son équilibre bouleversé par la naissance d’un enfant handicapé, qui trace une frontière invisible avec les autres.

Sorj Chalandon

  • Héritages
  • Sorj Chalandon, Enfant de salaud (Grasset), Thierry Hesse, Une vie cachée (L’Olivier) et Emmanuelle Lambert, Le garçon de mon père (Stock)
  • Animé par Marie-Ange Pinelli
  • Dimanche à 11h45 au cinéma Mégarama Beaux-Arts

Au moment du procès du criminel nazi Klaus Barbie, un homme découvre le passé de « collabo » de son père ; ce fils, c’est Sorj Chalandon, qui poursuit l’exploration intime de ses blessures d’enfance. Du Quartier impérial aux forêts de la Meuse, du conflit perdu de 1870 à la Grande Guerre, Thierry Hesse raconte l’histoire d’un petit-fils sur les traces de son grand-père et y lie la grande Histoire, inévitable quand on est né à Metz. Emmanuelle Lambert se souvient de son père, hyperactif soixante-huitard et ex-enfant triste qui voyait en elle le petit garçon heureux qu’il n’avait pas été.

Nina Bouraoui

  • Samedi à 15h30 à la Cité des Arts
  • Avec Santiago H. Amigorena, Le Premier Exil (P.O.L) et Nina Bouraoui, Satisfaction (JC Lattès)
  • Animé par Kerenn Elkaïm

Après Le Ghetto intérieur, sur l’exil à Buenos Aires de son grand-père, Santiago H. Amigorena revient à présent sur le départ forcé de sa famille pour l’Uruguay, avec en toile de fond un continent sud-américain que recouvre peu à peu une nuit sanglante, où torture et disparitions deviennent routinières. Nina Bouraoui décrit la mélancolie de Mme Akli, son âme d’exilée, la complexité d’être une femme dans l’Algérie des années 70. Un roman envoûtant, brûlant et poétique qui réunit toutes les obsessions littéraires de Nina Bouraoui : l’enfance qui s’achève, l’amour qui s’égare, le désir qui fait perdre la raison.

Catherine Cusset

  • Portraits de femmes
  • 16h15 au cinéma Mégarama Beaux-Arts
  • Avec Sophie Avon, Une femme remarquable (Mercure de France), Delphine Coulin, Loin, à l’ouest (Grasset)
    et Catherine Cusset, La définition du bonheur (Gallimard)
  • Animé par Christine Ferniot

Sophie Avon raconte une Algérie lumineuse et l’itinéraire d’une femme forte, figure émouvante d’une mythologie familiale. Catherine Cusset pose un regard singulier sur le rapport des femmes au corps et au désir, sur l’amour, la maternité et le bonheur. Delphine Coulin déploie toute une galerie de personnages féminins et nous fait traverser plus d’un siècle du point de vue de ces femmes, puissantes malgré l’existence corsetée qu’on a cherché à leur imposer.

Marie Darrieussecq

  • Ecrire
  • Samedi à 15h30 au Scénacle
  • Avec Thomas Clerc, Cave (Gallimard), Marie Darrieussecq, Pas dormir (P.O.L) et Joy Sorman, À la folie (Flammarion)
  • Animé par Sonia Déchamps

Après Intérieur, description méthodique de son appartement, Thomas Clerc s’est aperçu qu’il avait oublié la cave ; il remédie à cette omission, qui n’est autre que celle de son inconscient. Marie Darrieussecq a tiré de ses nuits sans sommeil une autobiographie d’un genre nouveau, qui raconte aussi l’autre qui ne dort pas. Durant un an, Joy Sorman a recueilli les paroles des pensionnaires d’un hôpital et de leurs soignants.

Jean-Baptiste Del Amo

  • Lecture
  • Samedi à 18h30 au Scénacle
  • Jean-Baptiste Del Amo lit Le fils de l’homme (Gallimard)

L’écrivain Jean-Baptiste Del Amo donne vie et voix au Fils de l’homme, son dernier roman, dans lequel il continue d’explorer les thèmes de la transmission de la violence d’une génération à une autre et de l’éternelle tragédie qui se noue entre les pères et les fils.

Après plusieurs années d’absence, un homme resurgit dans la vie de sa compagne et de leur jeune fils. Il les entraîne aux Roches, une vieille maison isolée dans la montagne où lui-même a grandi auprès d’un patriarche impitoyable. Entourés par une nature sauvage, la mère et le fils voient le père étendre son emprise sur eux et édicter les lois mystérieuses de leur nouvelle existence. Hanté par son passé, rongé par la jalousie, l’homme sombre lentement dans la folie. Bientôt, tout retour semble impossible.

Clara Dupont-Monod

  • Une heure avec…
  • Cécile Coulon, Seule en sa demeure (L’Iconoclaste) et Clara Dupont-Monod, S’adapter (Stock)
  • Samedi à 14h15 – Cité des arts
  • Animé par Kerenn Elkaïm

Cécile Coulon, présidente de Livres dans la Boucle, raconte Aimée qui, à 18 ans, doit épouser un riche propriétaire terrien. Très vite, elle se heurte au silence de son mari, à l’hostilité de la servante et au fantôme de la première épouse... Des fantômes, on en croise aussi dans le livre de Clara Dupont-Monod ; ceux d’une famille qui a vu son équilibre bouleversé par la naissance d’un enfant handicapé, qui trace une frontière invisible avec les autres.

Martin Fouqué

  • Gardés à vue
  • Samedi à 16h45 au Scénacle
  • Avec Marin Fouqué, A.V. (Actes Sud), Yamen Manai, Bel abîme (Elyzad) et Mathieu Palain, Ne t’arrête pas de courir (L’Iconoclaste)
  • Animé par Sonia Déchamps

Marin Fouqué compose la radiographie d’une société française fracturée par le mépris, l’égoïsme et les préjugés à travers le portrait choral d’inconnus rassemblés en garde à vue. Yamen Manai nous conte le cruel éveil au monde d’un adolescent révolté par les injustices et la violence d’un État envers ses propres enfants. Mathieu Palain fait le récit de ses entrevues au parloir avec Toumany Coulibaly, athlète hors norme et cambrioleur en série.

Philippe Jaenada

  • Histoires de violence
  • Samedi à 14h00 au Cinéma Mégarama Beaux-Arts
  • Avec Philippe Jaenada, Au printemps des monstres (Mialet-Barrault) et Dimitri Rouchon-Borie, Le démon de la colline aux loups (Le Tripode)
  • Animé par Christine Ferniot

Avec son style inimitable, Philippe Jaenada, parrain de ce cycle de rencontres Scènes de crimes, se saisit du dossier Lucien Léger et révèle que les monstres ne sont pas toujours ceux qu’on pense. Dimitri Rouchon-Borie, journaliste spécialisé dans la chronique judiciaire et le fait divers, raconte dans ce premier roman un être emprisonné, son enfance perdue, sa vie de violence, sa solitude et ses moments de lumière.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.09
ciel dégagé
le 17/10 à 0h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
97 %

Sondage