Catalogne, régionalisme et nationalisme dans l’Union européenne

Publié le 19/03/2019 - 16:13
Mis à jour le 19/03/2019 - 16:13

A un mois de l'ouverture du procès contre les prisonniers politiques catalans (procès qui devrait se poursuivre jusqu'à la fin avril), nous vous proposons de faire le point.

PUBLICITÉ

Conférence-débat de Richard Neuville, militant autogestionnaire, organisée par Ensemble!

Ce qui se joue à Madrid dans ce procès, ce ne sont pas seulement la défense et l'extension des droits et libertés démocratiques dans l'Etat espagnol, il s'agit d'un enjeu qui intéresse l'ensemble de l'Union Européenne dont notre pays, face à des processus de régression et d'autoritarismes antidémocratiques extrêmement inquiétants.

Les événements des dernières années dans l’Etat Espagnol, en Catalogne, au Pays Basque et dans d’autres communautés autonomes, ont mis en évidence une aspiration à l’autonomie, à l’indépendance, tout en posant la question du passé franquiste et de la monarchie, avec la revendication d’une rupture républicaine. Le pouvoir a répondu par la force, la répression aveugle et massive, la criminalisation des opinions politiques critiques. Face à cette crise larvée en Espagne, l’Union Européenne, ses états constitutifs, sont « restés sans voix », c’est le moins que l’on puisse dire. L’éclatement de l’ex-Yougoslvie, l’Irlande et l’Ecosse dans la perspective du Brexit, la Corse en France (avec ses nombreuses ex-colonies), sont autant de sujets de réflexion pour qui s’intéresse aux droits des peuples à décider de leur avenir. Dans le prolongement c’est du droit à l’autodétermination dont il est question.

 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.67
partiellement nuageux
le 22/10 à 18h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
94 %

Sondage