Retraite, 35h : les défilés ne font plus recette

Publié le 17/06/2008 - 14:54
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:32

La manifestation à l’appel de la CFDT, CGT, FSU et Solidaires n’a pas fait le plein. A peine 500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon.

PUBLICITÉ

Les responsables syndicaux faisaient la moue ce mardi au départ de la manifestation pour les retraites et les 35h.

A peine 500 personnes étaient alignées au départ, place de la Révolution.Une déception d’autant plus marquée qu’une semaine auparavant seulement 150 personnes avaient répondu à l’appel et le défilé avait été annulé.

Le 10 juin, certains attribuaient la faible mobilisation au fait que beaucoup se réservaient pour la manifestation du 17…Cette manifestation s’inscrit dans le cadre d’une journée d’action nationale  pour la défense de la retraite solidaire et contre le projet de loi sur le temps de travail

Le communiqué des syndicats : « L’absence de réponse gouvernementale sur le dossier retraite justifie une nouvelle mobilisation: tous les problèmes demeurent : durée de cotisation, niveau des pensions, reconnaissance de la pénibilité, financement, emploi des seniors. Nous réaffirmons notre attachement à la retraite par répartition et dénonçons la volonté forcenée du gouvernement d’imposer l’allongement de la durée de cotisation, allongement qui ne règlera en rien l’enjeu du financement des retraites. D’autre part, le gouvernement a choisi de lancer une vaste offensive visant à déstructurer l’organisation du temps de travail à dégrader les conditions de travail dans les entreprises. Il enterre de fait les 35H et le Code du Travail. Le gouvernement a fait ce choix en ne respectant pas le résultat de la position commune entre les partenaires sociaux.

Le gouvernement souhaite faire adopter en catimini par le parlement des mesures de déréglementation du temps de travail, dont la portée serait très négative pour les salariés. C’est inacceptable. Nous exigeons que le gouvernement et le parlement respectent les principes introduits par la loi sur le dialogue social de janvier 2007, et non pas qu’ils les transgressent ce qui est un comble pour ceux qui écrivent et votent les lois.

Nous attirons solennellement l’attention du Président de la République et de son gouvernement sur les conséquences qu’engendreraient de tels choix politiques ».  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

PSA va bien quitter son usine historique d’Hérimoncourt

PSA a confirmé le transfert à Vesoul en Haute-Saône des productions de son usine d'Hérimoncourt, synonyme de fermeture de ce site historique du Doubs sauf à lui retrouver d'autres activités, a-t-on appris mardi 9 avril 2018 de sources syndicales. Le député LREM Frédéric Barbier réclame que l'objectif de réindustrialisation du site et sur la compensation de 200 emplois soient contractualisé avec PSA.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Doubs : cette année, l’Opération Brioches de l’Adapei se déroulera dès ce lundi…

L'Opération Brioches se déroule depuis quelques années au mois d’octobre, en accord avec le calendrier national réservé aux manifestations d’appel à la générosité du public. De nombreux bénévoles ont souhaité que cette opération soit organisée à nouveau au printemps. Cette année, ce sera chose faite suite à l’autorisation accordée par le préfet du Doubs. Ainsi, l'Opération Brioches de l'Adapei se déroulera du 1er au 7 avril 2019.

800 Gilets Jaunes dans la rue à Besançon pour leur acte 20

En marge de la nouvelle mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi 30 mars 2019, plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation avait appelé à manifester à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée (Ils étaient 500 selon les chiffres officielles). Concernant la mobilisation des Gilets Jaunes à 14h00 place de la Révolution à Besançon, les manifestants étaient 800 selon la Préfecture qui a détecté la présence de 20 à 30 casseurs. Le préfet a ordonné la dislocation et demande aux manifestants pacifiques de quitter immédiatement l’attroupement.

Manifestations non déclarées des Gilets jaunes : le préfet du Doubs rappelle la réglementation

Depuis le 17 novembre 2018, premier jour de mobilisation des Gilets jaunes en France y compris à Besançon, les manifestations de ce mouvement ne sont pas déclarées en préfecture. Le préfet du Doubs rappelle "les obligations légales qui incombent aux participants à ces manifestations" dans un communiqué ce vendredi 29 mars.

« On est là, on est là !… » Plus de 600 manifestants pour l’acte XIX des Gilets Jaunes à Besançon

Sous le soleil et dans un esprit relativement bon enfant, entre 600 et 750 manifestants ont déambulé dans les rues de Besançon en début d'après-midi. Voulant rejoindre le quartier des Vaites, ils ont été bloqués à plusieurs reprises par les forces de l'ordre. Vers 18h, les manifestants se sont retrouvés vers 18h sur le secteur de Chamars à proximité de la préfecture du Doubs.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 10.4
légère pluie
le 24/04 à 0h00
Vent
3.76 m/s
Pression
999.5 hPa
Humidité
95 %

Sondage