Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Sochaux, plus dure est la chute

©automobiles peugeot - cliquez sur l'image pour agrandir

A la lutte pour le maintien tout au long de la saison, Sochaux accompagnera finalement Valenciennes et Ajaccio à l'étage inférieur après sa cuisante défaite (0-3) contre Évian, samedi 17 mai 2014, lors la 38e et dernière journée de Ligue 1.

Publicité

Malgré une deuxième partie de saison remarquable, Hervé Renard, arrivé début octobre 2013 sur le banc sochalien, n'aura pas réussi son pari de maintenir le FCSM, qui avait retrouvé l'espoir en revenant à un point de l'ETG avant cette "finale" mais ne se sera jamais remis d'un début de saison catastrophique.

La folle remontée de ces dernières semaines (8 victoires, 5 nuls pour seulement 3 défaites avant le match contre Évian) n'aura donc servi à rien. Le club aux 66 saisons en L1, un record, retrouvera la L2 après 13 années consécutives dans l'élite.

Une issue regrettable pour ce fleuron de la formation française mais finalement pas illogique. En difficultés lors des six dernières saisons, exception faite de l'exercice 2010-2011 (5e), marqué par l'explosion de Marvin Martin, le FCSM évoluait en permanence sur le fil du rasoir.

Renard, pour sa première expérience en L1, n'est pas passé loin d'un exploit qu'il s'est attaché à entretenir à chaque instant avec un discours positif, le fameux "Never Give Up" (n'abandonne jamais) dont le club a fait une campagne de communication.

Celui qui lors de sa prise de fonction donnait "rendez-vous à tout le monde au soir de la 38e journée", paie au prix fort la première phase calamiteuse, marquée par la démission de l'entraîneur Eric Hély après la 7e journée quand le FCSM était dernier avec seulement 2 points.

Avec un bilan initial de trois nuls et six défaites, les débuts de Renard ont été difficiles. "On a démarré notre championnat en décembre", rappelait-il régulièrement en référence au succès (2-1) contre Rennes le 21 décembre 2013. Avec 11 points à l'issue des matches aller, Sochaux se voyait déjà contraint de rentrer dans les livres d'histoire pour se sauver puisqu'aucune équipe de L1 avec un si maigre total à la trêve ne s'était jamais maintenue.

Un mercato pourtant réussi

Relégable depuis la troisième journée, Sochaux a pourtant semblé en mesure de remporter son pari notamment grâce aux arrivées au mercato du gardien Yohan Pelé, du latéral Florian Marange, des Zambiens Stoppila Sunzu (4 buts) et Nathan Sinkala, de l'attaquant marseillais Jordan Ayew (prêt, 4 buts) et au retour de Sébastien Corchia (3 buts) suite à son vrai-faux départ pour Lille.

En retrouvant un équilibre défensif (39 buts encaissés à la trêve, 19 depuis) et en se montrant intraitable depuis février sur sa pelouse (6 victoires et 2 nuls), Sochaux se présentait dans les meilleures dispositions face à Evian.

Mais le FCSM avait déjà affiché ses limites. Si les performances à Bonal ont été plutôt correctes globalement, celles à l'extérieur ont été très insuffisantes. Avec un total de 10 points pris hors de ses bases, le deuxième plus faible de L1, le club pouvait difficilement espérer se maintenir. Sauf improbable retournement de situation, l'histoire entre Sochaux et Renard ne se prolongera pas.

L'autre chantier résidera dans la construction d'un effectif capable de remonter immédiatement. Les départs d'Ayew et Corchia sont déjà actés, Bakambu, Sunzu, Sinkala, Prcic ou encore Contout ne devraient pas manquer de sollicitations, tandis que Carlao, Marange et Roudet sont en fin de contrat.

Dans ces conditions, Sochaux s'appuiera une fois de plus sur sa formation pour tenter de remonter. Mais avec une Ligue 2 de plus en plus disputée, cela s'annonce compliqué.

(Source AFP)

Anonyme

Votre météo avec

Evénements de sochaux