“Man Ray, Still alive”, la nouvelle exposition du musée de Gray

Publié le 10/06/2024 - 16:51
Mis à jour le 10/06/2024 - 16:51

Du 20 juin au 22 octobre 2024, le musée Baron Martin de Gray propose la découverte des œuvres de Man Ray, maître du surréalisme.

 ©
©
PUBLICITÉ

La fureur de vivre et de créer de Man Ray (1890-1976), son goût de la liberté, son grain de folie et son originalité foncière font souffler un vent de modernité dans le Paris de l’entre-deux-guerres, bouillonnant creuset à la jeunesse ardente, avide de nouveaux héros et de plaisirs inédits, qui se remet des blessures de la guerre. À la croisée des chemins, en quête d’ailleurs et d’émancipation, transfuge comme de nombreux Américains tels Hemingway, Gertrude Stein, Gershwin, Henry Miller ou Joséphine Baker, Man Ray est attiré par la France et par sa capitale dont la vie artistique trépidante fascine bien au-delà de l’Europe. En 1921, il rejoint à Paris Marcel Duchamp qu’il a connu à New-York dans un cercle ouvert aux avant-gardes et à l’aventure Dada.

Man Ray enfièvre rapidement la capitale et se lie d’amitié avec Desnos, Tzara, Breton, Picabia, Eluard... Une vibration unique, une alchimie d’exception entre lui, Paris et ces années 1920/1930 élargissent la perception, les idées et les affects relatifs à l’art. Man Ray exerce sa pensée de nouvelle façon, propose d’autres modèles et pense la matière même de l’expérience artistique, inventant de nouvelles formes d’expression entre cinéma, photographie, objets, peinture..., pratiquant les arts sans exclusive, comme autant de métaphores de son identité.

Guetteur d’aurores, ouvert à tous les possibles, il invente d’autres réalités artistiques et participe intensément de l’effervescence culturelle et poétique, tout en rejoignant le Surréalisme dont nous fêtons cette année le centenaire.

Violon d’Ingres, Noire et Blanche, Larmes de verre, Élevage de poussières, ses rayographies ou ses procédés de solarisation à la présence mystérieuse et intense sont devenus iconiques, comme ses clichés de Kiki de Montparnasse, de Lee Miller, d’Ady ou de Juliet, de Picasso, de Picabia, de Cocteau, de Giacometti, de Brancusi, d’Aragon, de Matisse, de Stravinsky. Pour la première fois, le processus de création est inversé : des dessins inspirent des poèmes et non le contraire. Paul Eluard illustrera de sa plume les dessins de Man Ray dans Les Mains Libres. À voir absolument !

Infos+

  • Du 20 juin au 22 octobre 2024 au Musée Baron Martin à Gray
  • Horaires d'ouverture : tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h à 18h
  • Ouvert les 14 juillet et 15 août
  • Pendant toute la durée de l'exposition,  visites guidées et animations
Oiseau, quel est ton nom ?

Oiseau, quel est ton nom ?

  • Du 10 juillet au 31 aout 2024

Du 10 juillet au 31 août, profitez de la nouvelle exposition du muséum d’histoire naturelle de Gray à la maison des musiques et des arts.

Exposition Parhélie d’Audrey Devaud

Exposition Parhélie d’Audrey Devaud

  • Du 18 juin au 22 septembre 2024

Depuis trois ans, le Frac et le Lycée Edgar Faure de Morteau organisent en partenariat une résidence “Excellence, Métiers d’Art”. Cette année, Audrey Devaud, artiste plasticienne bisontine, a été accueillie au sein de l’établissement et a réalisé son projet avec les étudiant·es de 1ère et 2ème année de DN MADe Joaillerie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 30.2
partiellement nuageux
le 20/07 à 15h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
52 %