Alerte Témoin

Voix discordante de Taubira sur la déchéance : quand Pécresse cite Chevènement

Publié le 10/01/2016 - 15:45
Mis à jour le 10/01/2016 - 15:45

Valérie Pécresse, présidente "Les Républicains" de l'Ile-de-France, a estimé dimanche que la voix discordante au sein du gouvernement de Christiane Taubira était le "symbole d'un pays où tout fout le camp", tandis que le député LR Henri Guaino appelait chacun à "prendre ses responsabilités".

06DSC_3495.JPG
Christiane Taubira, ministre de la justice et garde des sceaux ©Alexane Alfaro

« un ministre ça ferme sa gueule ou… »

"Je suis partisane de la philosophie de Jean-Pierre Chevènement, +un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne+. Je me la suis appliquée à moi-même", a souligné Mme Pécresse, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, au "Grand Jury" RTL/LCI/Le Figaro.

"Je ne comprends pas cette cacophonie gouvernementale, d'autant plus qu'elle finit par être le symbole d'un pays où tout fout le camp", a fustigé l'élue francilienne. "Comment aller dire à un lycéen qu'il faut respecter le professeur et avoir en même temps une ministre de la Justice qui ne respecte pas l'autorité de son Premier ministre?", a-t-elle relevé. 

"Je ne vois pas d'autre solution pour restaurer l'autorité du président et de Manuel Valls que son départ", a fait valoir Mme Pécresse. Selon elle, "avoir des convictions différentes c'est possible; ce qui est impossible, c'est de les exprimer dans une cacophonie gouvernementale absolue". "En réalité, il y a une vraie dérive", a martelé l'élue des Yvelines, convaincue qu'il y a "un besoin d'autorité dans la société française".

 "Imaginez-vous dans une vie professionnelle normale: au bout de combien d'avertissements vous sanctionneriez un salarié qui dit le contraire de ce que vous dites?", a conclu Valérie Pécresse.

 Quant à Henri Guaino, qui se définit lui-même comme un "farouche opposant" à Mme Taubira, il a été relativement mesuré sur Radio J, demandant à chacun de  "prendre ses responsabilités". Selon le député des Yvelines, "c'est à Mme Taubira à agir en fonction de sa conscience". Il a mis en avant sa propre "conception de l'honneur en politique, de la dignité en politique, de la cohérence en politique" mais "si ce n'est pas la sienne, ça la regarde".

 Et si l'exécutif "pense que ça améliore l'autorité de son gouvernement, s'il pense que ça grandit encore l'image de la politique (...) il n'a qu'à la garder". "C'est le président de la République qui nomme chacun des ministres", a rappelé cet ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Donc "c'est au président de la République et au chef du gouvernement à prendre leurs responsabilités"

Rappel

  • Alors que François Hollande et Manuel Valls entendent faire inscrire dans la Constitution la possibilité de déchoir de leur nationalité les binationaux, y compris nés français, condamnés pour crimes terroristes, la garde des Sceaux, censée porter ce projet au Parlement, a redit qu'une telle mesure n'était à ses yeux "pas souhaitable", son "efficacité" étant "absolument dérisoire".
(Avec AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Groupe d’Eric Alauzet au conseil municipal :  » On essaiera d’être les plus objectifs possible, on ne sera pas dans l’opposition systématique »

Trois heures avant le premier conseil municipal d'installation de la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ce vendredi 3 juillet 2020, Eric Alauzet a tenu une conférence de presse pour présenter son groupe politique au conseil, mais aussi pour énoncer cinq sujets que la maire devra "empoigner" dès ces prochains mois.

Jacques Grosperrin écrit à Anne Vignot

Le sénateur LR et colistier en position non éligible sur la liste "Besançon Maintenant !" de Ludovic Fagaut a écrit une lettre ouverte à la future maire de Besançon avant l'installation du nouveau conseil municipal. L'ancien chef de l'opposition sous l'ère de Jean-Louis Fousseret revient sur l'abstention et demande à Anne Vignot pragmatisme et rassemblement dans l'intérêt général.

Conseil municipal d’installation à Besançon : les modalités de participation du public

Le conseil municipal d’installation aura lieu le vendredi 3 juillet 2020 à 17 heures à la Chambre de commerce et d’Industrie du Doubs. Afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur et au regard du nombre de conseillers municipaux, services, techniciens et journalistes, la participation du public sera limitée.

Remaniement, « après-Covid » : Macron répond à la presse régionale et reçoit les présidents des 3 assemblées

Emmanuel Macron accorde ce jeudi 2 juillet 2020, avant un remaniement annoncé comme imminent, une interview aux quotidiens régionaux à paraître vendredi, et reçoit à 17h30 les présidents des trois assemblées (Sénat, Assemblée nationale, Cese) qui lui remettront leurs recommandations, a annoncé l'Elysée. Ce seront les deux dernières étapes avant le remaniement prévu dans les jours qui viennent.

110 km/h sur l’autoroute : « 40 millions d’automobilistes » se réjouit du rejet de cette proposition

Lundi 29 juin 2020, le président de la République Emmanuel Macron recevait au Palais de l'Élysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat, qu'il avait chargée de proposer des solutions "radicales" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de -40 % d'ici 2040. Un rapport contenant 149 propositions lui a donc été remis le 19 juin dernier ; Emmanuel Macron s'était engagé à y "apporter une première réponse" aujourd’hui. Ainsi, toutes les propositions émises par la CCC feront l'objet d'un projet de loi d'ici la fin de l'été. Toutes, sauf trois, parmi lesquelles l'abaissement de 130 à 110 km/h de la vitesse maximale sur les autoroutes : une victoire pour l'association "40 millions d'automobilistes".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     14.91
    ciel dégagé
    le 03/07 à 21h00
    Vent
    0.32 m/s
    Pression
    1020 hPa
    Humidité
    60 %

    Sondage