Vol de Van Brill : la "tête pensante" mise en examen

Publié le 02/04/2015 - 18:49
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:45

En mars 2015, quatre des cinq hommes suspectés d'avoir volé quelque 800.000 euros de bijoux et de montres de luxe dans la bijouterie Van Brill, au centre-ville de Besançon, avaient été mis en examen. Le cinquième homme, désigné comme la "tête pensante" du groupe, a été présenté ce jeudi 2 avril 2015 devant le pôle de l'instruction de Besançon pour être mis en examen à son tour.

cambriolage_van_brill_besancon-001.jpg
La cambrioleurs se sont servis dans les vitrines ©damien
PUBLICITÉ

Cet homme de 27 ans au casier judiciaire encore vierge n’avait pas été présenté au juge bisontin en même temps que ses acolytes, car il était déjà entre les mains de la justice lyonnaise dans le cadre d’une autre affaire de braquage.

Ce jeudi 2 avril, il a donc été extrait de sa cellule pour être emmené à Besançon et être mis en examen pour « vol en bande organisée » et « association de malfaiteurs » dans le cadre du vol Van Brill. La vice-procureure Margaret Parietti a requis son placement en détention qui devrait intervenir dans la soirée.

D’après les investigations menées par la Police judiciaire (PJ) de Besançon, cet homme domicilié dans la région lyonnaise était le meneur de l’équipée venue dévaliser les vitrines de la bijouterie de luxe, le 14 novembre 2014, en plein jour à Besançon. Selon le visionnage des caméras de vidéosurveillance, il serait entré à visage découvert dans le magasin, sans chercher à se cacher. Il a également été identifié grâce à ses empreintes digitales.

Le butin, qui s’élève à environ 800.000 euros, n’a pas encore été retrouvé.

Rappel des faits ci-dessous :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.57
légère pluie
le 27/05 à 15h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1010.23 hPa
Humidité
84 %

Sondage