La police de Besançon en guerre contre les tags

Publié le 10/06/2008 - 20:32
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:42

Depuis début avril, neuf jeunes, tous mineurs, ont été interpellés. Chaque année Les tags coûtent 400 000 euros à la ville de Besançon

PUBLICITÉ

C’est une véritable recrudescence de tags sur les façades de la capitale comtoise. Premier constat : les taggueurs sont de plus en plus jeunes, entre 15 et 16 ans, et ne sont pas forcément issus de milieux défavorisés.


A la bombe, à la peinture, au feutre, tous les moyens sont bons. Pour Nicolas Jolibois, directeur départemental de la sécurité publique du Doubs, les tags sont un moyen d’exister : « C’est une manière pour certains jeunes de s’exprimer, une course à celui qui tagguera le plus. Comme une sorte de signature ».


Ces tags coûtent cher : 400 000 euros tous les ans pour la ville de Besançon. Les mineurs sont eux souvent condamnés à des peines de travaux d’intérêt général mais les parents doivent aussi payer : 13 000 euros par exemple pour nettoyer une vingtaine de tags réalisés par trois adolescents dans la nuit du 5 juin dernier. Ca fait cher le tag !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le suspect n°1 dans la disparition de Narumi Kurozaki interrogé ce mercredi au Chili

Nicolas Zepeda-Contreras, l'ex-petit ami de Narumi Kurozaki, portée disparue depuis décembre 2016, est interrogé ce mercredi 17 avril 2019 à Santiago du Chili. Une délégation bisontine a été envoyée dès lundi au Chili dans le but de préparer cet interrogatoire particulièrement attendu pour l'enquête.

Affaire Narumi : le suspect entendu au Chili cette semaine par les enquêteurs bisontins

Une délégation de magistrats et de policiers français est attendue au Chili lundi 15 avril 2019 afin de participer en milieu de semaine à l'audition du suspect dans la disparition de Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise à Besançon en décembre 2016, a-t-on appris dimanche  de source proche du dossier.

Quartier des Vaîtes : l’Association des Jardins des Vaîtes dépose un recours devant le tribunal administratif

Vendredi 12 avril 2019 à midi, l'Association des Jardins des Vaîtes, représentée par l'avocate Coline Maillard-Salin, avec le soutien et conjointement avec FNE 25-90, a déposé un recours au Tribunal Administratif contre l'arrêté préfectoral du 18 mars 2019 portant dérogation à l'interdiction de détruire, altérer, dégrader des sites de reproduction ou des aires de repos de spécimens d'espèces animales protégées et de capturer ou enlever des spécimens animales protégées dans le cadre du projet urbain du quartier durable des Vaîtes à Besançon.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 5.71
ciel dégagé
le 24/04 à 21h00
Vent
3.76 m/s
Pression
1006.89 hPa
Humidité
72 %

Sondage