Léonarda : trois semaines d’attente pour les parents Dibrani

Publié le 15/01/2015 - 20:46
Mis à jour le 16/01/2015 - 12:19

La cour administrative d'appel de Nancy examinait ce jeudi 15 janvier 2015 le rejet de la demande de titre de séjour des parents de la collégienne rom Leonarda Dibrani. Le rapporteur public a recommandé de confirmer ce rejet. Décision d'ici trois semaines.

Lonardadibrani.jpg
Lonardadibrani.jpg
PUBLICITÉ

La reconduite à la frontière en octobre 2013 de cette collégienne vers le Kosovo en pleine sortie scolaire avait provoqué une polémique partout en France mais la justice administrative avait peu après débouté la famille Dibrani de sa demande d’annulation du refus de titre de séjour.

En janvier 2014, en première instance, le tribunal administratif de Besançon avait estimé que les mesures prises par le préfet du Doubs « ne contrevenaient pas » aux droits de l’enfant. Jusqu’à présent, l’ensemble des demandes judiciaires ou administratives du couple pour obtenir le droit d’asile ou un titre de séjour ont été rejetées.

Débat autour de l’intégration des enfants Dibrani

« Vous n’êtes pas amenés à statuer sur l’écho médiatique et émotionnel de cette affaire« , a insisté le rapporteur public auprès des magistrats, qui a notamment fait observer « le fort absentéisme scolaire » des enfants Dibrani.

Or, pour Me Brigitte Bertin, l’avocate bisontine du couple kosovar, , « les enseignants (des enfants Dibrani) avaient attesté des efforts qui avaient été faits« , un élément selon elle négligé par la préfecture du Doubs, qui avait pris l’arrêté litigieux de refus de titre de séjour, au mépris selon l’avocat de « l’intérêt des enfants« .

La représentante de la préfecture, Me Anne-Laure Lacoste, n’ pas la même vision et  a pour sa part justifié l’arrêté « au regard de l’absence de l’intégration sociale et professionnelle des époux Dibrani, qui ne pouvaient dès lors prétendre à un droit au séjour« .

La Cour a mis sa décision en délibéré sous trois semaines.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.35
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage