Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Jean François Copé « en campagne matin, midi et soir »

Séance de dégustation de macarons pour Jean-François Copé et les deux députés UMP sortants de Besançon © carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Jacques Grosperrin, Jean-François Copé et Françoise Branget © carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
© carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
© carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Jean-François Copé avec quatre des cinq candidats UMP du Doubs © carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
législatives 2012

Le patron de l’UMP s’est montré déterminé ce jeudi à Besançon pour faire gagner son camp aux législatives. Il a appelé les militants à la mobilisation pour « un succès maximum » éludant la polémique avec François Fillon sur le leadership du mouvement.

Publicité

Pas question de polémiquer avec qui que ce soit. Surtout pas avec François Fillon et surtout pas devant les militants réunis à la permanence de la candidate Françoise Branget, députée UMP sortante de la première circonscription du Doubs.

Le patron de l’UMP, de passage à Besançon pour soutenir les cinq candidats du Doubs aux législatives, n’a rien voulu laissé transparaitre de la guerre qu’il se livre avec François Fillon pour le leadership de la droite. Alors que l’ancien Premier ministre a traité ses déclarations sur la succession de Nicolas Sarkozy de  « quelle hypocrisie », Jean-François Copé a botté en touche.

A-t-il l’âme d’un leader naturel ou d’un hypocrite ? « Ni l’un, ni l’autre », a-t-il simplement répondu. « Matin, midi et soir, je fais campagne pour les législatives. C’est tout ce qui compte. Chacun doit être respecté pour ce qu’il est et ce qu’il croit. Je ne répondrai à aucune polémique » », a poursuivi Jean-François Copé.

Dans un département dont « la marque de fabrique est le courage », il a préféré remonter le moral aux militants après la défaite du 6 mai. « Dans une terre très difficile, face à un PS très puissant et un FN en embuscade », le président de l’UMP a estimé que « tout est ouvert, il qu’il n’y aura pas d’état de grâce à gauche ». « Aucun bouton de guêtre ne doit manquer » aux législatives face à la gauche qui cumule « cinq renoncements par jour ».

« Ceux qui donnent des leçons de moral à tout le monde doivent balayer devant leur porte », a estimé Jean-François Coppé faisant allusion aux ministres condamnés qui restent malgré tout au gouvernement. Il s’en est également pris à François Hollande, allié de « Jean-Luc Mélenchon qui n’a rien à envier à Marine Le Pen ».

Après un tour en ville et quelques macarons pour le goûter, le député-maire de Meaux s’est attardé dans une brasserie bisontine où il a une nouvelle fois demandé avec insistance à ses troupes de se mobiliser. « J’ai besoin de chacun d’entre vous, la victoire est possible ».

redaction

Votre météo avec

Evénements de DOUBS

Dim, 19 Novembre 2017 16h30 - 18h30
Eglise Pirey - Pirey
Dim, 19 Novembre 2017 17h00 - 19h00
Théâtre Bernard Blier - Pontarlier
Mer, 15 Novembre 2017 20h00 - Dim, 19 Novembre 2017 20h00
Théâtre Bernard Blier - Pontarlier
Mar, 21 Novembre 2017h
Mairie de Marchaux - Marchaux
Ven, 24 Novembre 2017 19h30
Salle des fêtes de Foucherans - FOUCHERANS