Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

... les sites internet des candidats aux régionales

©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Tous les candidats ont investi la toile à l’occasion de la campagne des élections régionales avec plus ou moins de réussite. Nous avons surfé de site en site.

Publicité

Lutte Ouvrière : ça pète le rouge
 
Le parti de la lutte des classes a choisi de mutualiser en créant un portail dédié au grand est (Alsace, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Lorraine). Le site pète le rouge et fourmille d’infos pratiques et d’infos locales. Quelques vidéos sont également disponibles. C’est pas mal fait et, sauf erreur, c’est le seul site qui affiche ses résultats aux scrutins précédents.
 
 
Ecologie solidaire : l’escargot rouge
 
C’est simple, mais relativement efficace. Bon, ça manque un peu d’images et les textes sont longs. Heureusement que l’escargot rouge est là pour mettre un peu de couleur car le reste c’est vraiment gris.
 
 
Front national : aux abonnés absents
 
C’est le mouvement qui utilise le moins internet. Il faut se rendre sur le site national et cliquer sur élections régionales pour tomber sur une simple énumération des têtes de listes avec leur biographie. En passant par la barre d’outils (liens, élections régionales), on s’aperçoit quand même que 16 régions sur 22 ont constitué un site régional propre au scrutin des 14 et 21 mars. La Franche-Comté fait partie des six régions qui ont choisi d’ignorer le web. On se demande bien pourquoi…
 
 
Ligue comtoise : rudimentaire comme le slogan
 
Là, on est plutôt dans le rudimentaire, comme l’intitulé de la liste. Quelques communiqués et les liens vers les partis qui composent la liste. Beaucoup de rubriques annoncées renvoient simplement sur les tracts déjà présents par ailleurs sur le blog. Quant au lien « qui sommes nous ? », il renvoie sur une page « à venir »… Mais on a compris sans avoir la réponse à la question.
 
 
Modem : le candidat est flou
 
Le candidat ne passe pas inaperçu sur le site. Dommage qu’il soit flou sur la photo qui accompagne l’annonce de sa lettre au président au président de la République. Pourtant, la présentation du site en jette avec cet orange vif et sa barre d’accueil bien mise en évidence. Plus bas, ça fait un peu plus désordre et sur certaines pages, on trouve des petites bavures. Même la fonction rechercher est masquée par un autre titre.
 
 
UMP : il a mis le paquet
 
Le site du secrétaire d’Etat est très clean et bien rubriqué. C’est le seul à proposer un carrousel qui tourne en page d’accueil. Très personnalisé, le site est aussi très complet et intuitif. Le candidat a visiblement décidé de mettre le paquet dans sa communication sur le web. On y trouve de nombreuses vidéos et photos. J’ai quand même trouvé un défaut majeur. Le jour du test on était bien le 4 mars et la date affichée en page d’accueil était bien le 3 mars… En revérifiant le 5, on était le 4… C’est bien connu, la perfection n’existe pas. Même l’UMP n’échappe pas à la règle…
 
 
 
Front de gauche : le service minimum
 
Coup de rouge sur le site du Front de Gauche comme pour LO. On y trouve l’essentiel (liste sommaire des candidats) et le projet. La fonction vidéo donne dans le vide et l’agenda annonce une seule manifestation. Le site n’est pas vilain, mais le contenu régional est limité. En accédant à certaines rubriques on se retrouve sans le vouloir sur le site national.
 
 
NPA : une tête de liste coupée…
 
Le site du parti d’Olivier Besancenot est assez convivial. La tête de liste, Laurence Lyonnais, est un peu coupée à la suite de calages un peu bricolés... Le Nouveau Parti anticapitaliste, c’est visiblement trompé de tête ! C’est le violet qui a été choisi pour donner du peps à ce site dont les trois vidéos restent muettes malgré plusieurs tentatives de lancement. En tout cas sur mon PC.
 
 
PS : la vidéo qui s’impose
 
Le site à peine ouvert, on nous impose une vidéo de la candidate qui décline son programme dans un écran qui recouvre en partie l’agenda de campagne, ça commence mal… Sous la vidéo, des notices biographiques de candidats dont on ignore la logique de classement (ce ne sont pas des têtes de liste) et qui empiètent également sur l’agenda, alors qu’il existe par ailleurs une rubrique spécialement dédiée aux candidats. C’est compliqué tout ça. Le site a fier allure, mais il ne faut pas rentrer dans les détails, ni chercher trop de contenu. Le programme ? Une simple reproduction du 8 pages de campagne. Quand à la rubrique « dans les médias », on y trouve quatre sujets… Impression générale : on est présent sur le web car il faut y être, mais on y va sans trop de conviction.
 
 
Europe Ecologie : ce n’est pas du bricolage
 
Du vert, rien que du vert… Le site d’Europe Ecologie est très pro et certainement l’un des plus ouverts sur l’extérieur. Il joue les réseaux à fond. Il est vrai que sa tête de liste est très branchée. Il ne pouvait pas se contenter d’un bricolage sur le web. Pour ne pas être tenté d’imprimer leur programme, les écologistes proposent leur programme en trois versions téléchargeables : 40, 16 ou 4 pages selon la motivation de chacun. Egalement disponibles, un kit à destination des militants et un autre pour la presse qui peut y piocher notamment des photos.
 
 
 
 
 
 
redaction

Votre météo avec