Drogue à Besançon : "Ici, on est très fort dans le cannabis…"

Publié le 15/04/2015 - 16:35
Mis à jour le 10/01/2019 - 22:39

Pour notre seconde émission du nouveau magazine "La Petite Virgule" dédié à la drogue à Besançon, nous avons rencontré Benoit Desferet, directeur départemental de la sécurité publique du Doubs. Il nous parle des points de deals à Besançon, de la multiplication du "petit trafic", de l'aide de la vidéosurveillance, des liens entretenus avec la justice et des moyens dont la police dispose à Besançon pour lutter contre les stupéfiants…

capture_decran_2015-04-15_a_16.28.38.jpg

LPV #02

Pour le commissaire divisionnaire, le type de drogue consommé n'a rien d'original  à Besançon. "Ici, on est très fort dans le cannabis. Vient ensuite de manière moindre l'héroïne. Ensuite la cocaïne. Les autres produits sont à la marge…"

À la question de savoir s'il y a plus de drogue aujourd'hui à Besançon qu'hier, Benoit Desferet remarque qu'il ne faut pas forcément lier le nombre "d'affaires" avec une hausse de la quantité de drogue disponible. "Il ne faut pas confondre plus d'affaires de stupéfiants et plus de stupéfiants. Les affaires de stupéfiants à Besançon, comme  ailleurs, c'est aujourd'hui monnaie courante. En revanche le mode de lutte contre ce trafic c'est de l'initiative policière.  On ne subit pas l'événement on l'anticipe et on met en place des modes opératoires pour lutter contre ces trafics"

De plus en plus de jeunes dealers ?

Sur les plaques de distribution présentes, les trafiquants ont, en moyenne, entre 25 et 30 ans. "On a des gens déjà bien aguerris, connus de la justice et bien connus des services de police. Ensuite qu'est-ce qu'il peut se passer pour les petits consommateurs ? Ils ont deux solutions. Soit ils commettent des infractions et des délits pour se pourvoir en stupéfiant, ou alors ils se transforment eux même en dealers pour pouvoir acquérir leur dose et c'est là, un phonème qui peut concerner de jeunes adolescents…"

Les prochains invités de "La Petite Virgule" durant ce mois d'avril sur le thème de la drogue

  • Rémy Chapelain, formateur à l'ANPAA de Franche-Comté (association nationale de prévention en alcoologie et addictologie).
  • Line Pedersen, doctorante en sociologie au laboratoire LASA à l'université de Franche-Comté
  • Revoir la première émission de la petite virgule ci-dessous

 Partenaires

  • L'arbuste en décoration nous a été prêté par le magasin Leroy Merlin Besançon
  • Générique "Radiobomb"
  • Musique composée et enregistrée par Sylvain Bombled
  • Mixée et masterisée par Cyrille Hentzen

Remerciements 

Anne-Lyse, Conseil départemental du Doubs, Sophie Ferreira, Cyrille Hentzen, FJ, Leroy Merlin Besançon, POE. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Violences conjugales : un signalement possible sur le site internet de l’enseigne Carrefour

Dans le cadre de la mobilisation des forces de l’ordre contre les violences conjugales, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, s’est rendue ce 24 novembre 2020 dans le magasin Carrefour de la Ville du Bois afin de lancer officiellement le partenariat entre Carrefour et la Gendarmerie Nationale.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.22
ciel dégagé
le 28/11 à 3h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
79 %

Sondage