67% des 129 candidats dans la région sous la barre des 5%

Publié le 11/06/2012 - 18:05
Mis à jour le 12/06/2012 - 07:48

Candidats indépendants souvent inconnus, candidats d’extrême gauche et de petits partis… Tous ne visent pas le même objectif. Certains concourent pour la gloire, d’autres pour l’argent.

dsc_9297.jpg
© carvy

législatives 2012

PUBLICITÉ

C’est le candidat contre les « abus bancaires » positionné dans la première circonscription du Doubs qui ferme la marche du premier tour des législatives en Franche-Comté. Avec seulement 61 voix (0,14%), Daniel Duchène est le seul à ne pas avoir atteint la barre des 100 voix. Il est précédé par Odile Koller dans la première du Jura avec 108 voix (0,26%) et par Zakaria Beyrouthy dans la troisième du Doubs avec 122 voix (0,31%). Voilà pour les trois derniers.

En fait, 39 candidats sur les 129 qui se sont présentés dans les quatre départements francs-comtois ont enregistré dimanche moins de 1% des suffrages exprimés. Ils sont 26 à avoir eu entre 1% et 2% des voix, 10 entre 2% et 3%, 7 entre 3% et 4% et 5 entre 4 et 5%. Soit 87 candidats (67%) qui n’ont pas atteint les 5% des voix permettant d’être défrayés par l’Etat.

Cependant, ceux qui ont obtenu plus de 1% et qui sont affiliés à un parti ayant 49 autres candidats dans d’autres circonscriptions avec des résultats au moins égaux à 1% contribuent au financement du parti à hauteur de 1,63 € par suffrage et cela pendant cinq ans. Ce qui veut dire que tous les candidats d’extrême gauche de Lutte Ouvrière ou du NPA qui n’ont pas obtenu 1% des voix ne « rapportent » rien à leur mouvement.

En revanche, Camille Waechter, fille de son père Antoine, qui ne s’est jamais montrée dans la première circonscription du Doubs, va faire gagner sur cinq ans quelque 3800 euros au MEI (Mouvement écologiste indépendant) grâce aux 469 voix qu’elle a obtenues et qui correspondent à plus de 1% des suffrages (1,09%). A condition toutefois que le MEI compte par ailleurs dans ses rangs 49 candidats ayant obtenu 1% des suffrages.

Voilà qui peut expliquer la multitude de « petits » candidats qui ne concourent ni pour gagner, ni pour défendre des idées, mais tout simplement pour renflouer la caisse d’un parti politique. C’est un effet pervers du système de financement de la vie politique actuellement en vigueur. Si les élections législatives servent à désigner 577 députés, elles fixent également le volume des subventions touchées par les partis politiques pendant toute la mandature.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.34
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage