Besançon : une association turque victime d'actes de vandalisme

Publié le 25/04/2015 - 20:15
Mis à jour le 25/04/2015 - 20:15

Les murs d'une petite association turque de Besançon ont été tagués dans la nuit de vendredi à samedi avec des inscriptions évoquant le génocide arménien, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

"N'oublie jamais" pouvait-on lire en gris foncé sur la façade au niveau du rez-de-chaussée, avec le chiffre "1.500.000" et la date "24.04.1915", également inscrite sur la porte d'entrée des locaux.

Les Arméniens estiment qu'un million et demi des leurs ont été tués de manière systématique à partir du 24 avril 1915 dans l'Empire ottoman, jusqu'en 1917. La Turquie récuse le terme de génocide et évoque pour sa part une guerre civile en Anatolie, doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

"C'est la première fois que ça nous arrive"

Le centenaire des événements a été commémoré vendredi en Arménie, en présence de François Hollande et de Vladimir Poutine notamment, tandis que la Turquie a choisi opportunément de célébrer le même jour le centenaire de la bataille de Gallipoli. "C'est la première fois que ça nous arrive, on est choqué", a déclaré à
l'AFP Musa Kurt, vice-président de l'amicale franco-turque de Besançon, qui entend porter plainte dans les prochains jours.

La police a ouvert une enquête pour "dégradations de biens privés",
indiquant que l'acte n'avait pas été revendiqué pour l'heure. "Ce n'est pas avec des actes de vandalisme qu'on résout les problèmes. Nous on n'a jamais eu de problèmes avec les Arméniens de Besançon", a ajouté M. Kurt. "C'est la faute aux politiciens qui allument le feu. Il faut laisser ça aux historiens", a estimé Ramazan Qocaman, commerçant membre de l'association interrogé par l'AFP, qui a affirmé avoir lui aussi de bons rapports avec la communauté arménienne bisontine.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.78
ciel dégagé
le 24/11 à 9h00
Vent
0.62 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
88 %

Sondage