Bourgogne Franche-Comté : le choix de la capitale est « l’arbre qui cache la forêt »

Publié le 16/04/2015 - 16:13
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:53

Pour Christophe Grudler, chef de file du Modem Bourgogne-Franche-Comté : "il y a un enjeu bien plus important que le simple choix d'une capitale. C'est celui de la pérennisation de leurs espaces de vie."

1267706352.jpg
Christophe Grudler ©carvy

Débat stérile

PUBLICITÉ

Dans un communiqué, il appelle à l’équilibre des territoires avant tout. Pour son équipe, « il faut fuir toute idée d’une Région « jacobine », où toutes les décisions seraient centralisées dans une « capitale », qu’elle s’appelle Dijon ou Besançon. Il faut inventer un modèle de gouvernance avec une décentralisation à l’échelle des bassins de vie qui composent la Bourgogne-Franche-Comté. »

Il appelle également à la poursuite « des coopérations riches avec d’autres régions ou voisins ». « En clair, l’arrondissement de Sens dans l’Yonne doit pouvoir continuer à se tourner vers la région parisienne, la Nièvre occidentale vers la Loire et la région Centre, le sud de la Saône et Loire vers Lyon, l’aire urbaine Belfort-Montbéliard vers l’Alsace et le Jura Suisse, etc », explique t-il.
L’autonomie de ces territoires par des moyens dédiés est ce qui permettra selon lui, à chaque habitant d’en tirer profit, et pour la capitale régionale, d’avoir la reconnaissance attendue.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.95
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage