Conseil municipal, les réactions de l’opposition : "M. Fousseret nous n’avons pas de leçons à recevoir de votre part !"

Publié le 09/11/2016 - 15:44
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:48

Ce mercredi 9 novembre, les élus Jacques Grosperrin, président du groupe de l’opposition Les Républicains et Philippe Gonon, au sein du conseil municipal de Besançon sont revenus sur leur départ lors du vote d’une motion sur les migrants présentée par le FN lors du conseil municipal du lundi 7 novembre 2016. Ils répondent à Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et insistent sur le fait qu’ils n’ont pas de "leçons à recevoir de (sa) part".

DSC_1172.JPG
@carvy

Les élus expliquent leur départ dans un communiqué de presse en argant qu’ils ont refusé de participer "non pas à une motion mais à trois motions présentées par la gauche et le FN " car elles avaient un "caractère national et non local : la COP22, le traité de libre-échange avec le Canada et l’accueil des migrants".

Selon eux, de nombreuses motions sont votées en fin de Conseil municipal, et seraient des "gesticulations d’estrade en fonction des caprices de Jean-Louis Fousseret". Se qualifiant d’élus de l’opposition républicaine, ils rappellent leur refus de prendre part  à ce type de vote qui existe simplement "faire de l’esbroufe et se hausser du col".

De plus selon Jacques Grosperrin, chef de l’opposition LR et Philippe Gonon, président UDI au conseil municipal de Besançon, sont "indignés par les propos de Jean-Louis Fousseret et de ses futurs frères ennemis qui se servent du FN comme idiot utile pour donner l’illusion d’une union qui utilise l’amalgame et la stigmatisation à notre endroit".

Critiquer par la majorité, les élus de l’opposition ont décidé de réaffirmer le principe de solidarité avec les réfugiés fuyant les zones de guerre et de violences et de prôner une gestion humaniste mais rigoureuse de la question des migrants qui mérite le plus grand sérieux.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’opposition fustige « l’échec » de Macron mais appelle au respect du reconfinement

Un "oui mais de colère", "pilotage incohérent", "échec cinglant" : avant même le débat prévu ce jeudi 29 octobre 2020 au parlement, les partis d'opposition ont fusillé la politique de l'exécutif face au Covid-19, même s'ils appellent au respect du confinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Après le couvre-feu, le reconfinement ? E. Macron s’exprimera ce mercredi soir

Le chef de l'Etat présidera un nouveau Conseil de défense ce mercredi 28 octobre dans la matinée, le deuxième en deux jours, avant le Conseil des ministres. Conjectures et rumeurs devraient suivre jusqu'aux annonces d'Emmanuel Macron à 20H00 à la télévision. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."

Ferrand « souhaite » un report des élections régionales

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a dit mercredi "souhaiter" un report des élections régionales prévues en mars, estimant qu'il sera impossible de faire campagne correctement en raison de l'épidémie de Covid-19. La décision doit être prise fin 2020 - début 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.96
couvert
le 29/10 à 12h00
Vent
4.75 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
95 %

Sondage