Alerte Témoin

Poligny : les deux militants, d'extrême droite et d'extrême gauche, renvoyés devant le tribunal

Publié le 01/07/2013 - 18:09
Mis à jour le 01/07/2013 - 18:16

Les deux militants, l'un d'extrême gauche et l'autre d'extrême droite, concernés par l’altercation survenue dans la nuit de vendredi 28 à samedi 29 juin 2013 à Poligny, ont été renvoyés devant le tribunal pour violences volontaires et menaces de mort a indiqué ce lundi 1er juillet 2013 une source judiciaire.

responsabilités partagées

Le sympathisant d'extrême droite, âgé d'une vingtaine d'années, a été placé sous contrôle judiciaire et répondra en septembre devant le tribunal correctionnel de "menaces de mort" et tirs avec une arme, a précisé le substitut du procureur de Lons-le-Saunier, Guillaume Michel.

Il est accusé d'avoir tiré trois coups de feu avec un fusil, à l'issue d'une altercation avec des militants d'extrême gauche venus de Besançon coller des affiches antifascistes à Poligny, dans la nuit de vendredi à samedi. Il sera confronté au tribunal à un militant d'extrême gauche, poursuivi pour sa part pour des "violences volontaires avec arme", car il est soupçonné d'avoir "gazé la partie adverse avec une bombe lacrymogène", a précisé M. Michel.

"Il n'y a pas eu de blessé, mais ce sont des gens qui sont venus se chercher" et "les responsabilités sont partagées", a commenté le magistrat.

Selon les éléments de l'enquête, l'altercation a opposé au moins trois militants d'extrême droite et trois militants d'extrême gauche qui collaient des tracts à Poligny. Trois coups de feu ont été tirés, mais l'arme d'épaule utilisée n'a pas été retrouvée.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fusillades à Planoise : arrestation dans  le Jura

Un suspect a été mis en examen notamment pour "tentative d'assassinat" et incarcéré dans l'enquête sur les fusillades et règlements de comptes liés au trafic de stupéfiants dans le quartier sensible de Planoise, à Besançon, a-t-on appris auprès du parquet.

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.42
    légère pluie
    le 11/08 à 3h00
    Vent
    1.08 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    80 %

    Sondage