Alerte Témoin

Covid-19 : l'Insee confirme une forte hausse des décès en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 08/07/2020 - 07:30
Mis à jour le 07/07/2020 - 17:15

La preuve par les chiffres •

Entre le 11 mars et le 26 avril 2020, l’excédent de décès  a été le plus marqué en Bourgogne- Franche-Comté  avec 1.400 décès supplémentaires, "soit 36 % de plus que sur la moyenne des cinq dernières années" notent les auteurs d'une étude de l'Insee qui vient de paraitre.

Urgences hopital Besançon
© d poirier

Dans la région l'augmentation significative du nombre de décès démarre à la mi-mars avec avec 740 décès pendant la semaine du 16 au 22 mars, contre 600 à 650 les deux semaines précédentes.

"Le foyer de Mulhouse dans le département du Haut-Rhin a ainsi essaimé dans les départements proches comme ceux du Territoire de Belfort, du Doubs ou de la Haute-Saône. Outre les flux de personnes, la propagation du virus en Côte-d'Or est également liée à l'arrivée de personnes en provenance de l'Oise parmi les premiers cas d'infection." David Brion, Christine Charton, Philippe Rossignol, Amandine Ulrich (Insee Bourgogne Franche-Comté)

E?volution du nombre de de?ce?s entre le 11 mars et le 26 avril 2020 par rapport a? la moyenne des de?ce?s 2015-2019 sur la me?me pe?riode dans les intercommunalite?s

155 décès le 6 avril 2020

La progression du nombre de décès est arrivé à son maximum avec 940 décès hebdomadaires entre le 30 mars et le 5 avril, trois semaines après le début du confinement, suivi d’un pic de 155 décès pour la seule journée du 6 avril. Plus d'une semaine plus tard, le pic épidémique est atteint le 17 avril avec plus de 1.380 hospitalisation pour formes graves lié au Covid,

  • Le repli s’amorce avec moins de 600 décès hebdomadaires à partir du 27 avril.

"Au total, entre le 11 mars et le 26 avril, 5.350 décès se sont produits dans la région, 36 % de plus qu’en moyenne ces cinq dernières années sur la même période".

Surmortalité chez les  personnes âgées 

Sur la même période du 11 mars au 26 avril 2020, voici l'augmentation de la mortalité par tranche d'âge par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.

  • 85 ans et plus  :  +48 %
    • Plus de la moitié des décès concerne une personne de cette classe d’âge.
    • Les hommes très âgés sont particulièrement touchés : + 56 % de décès chez les hommes + 44 % chez les
  • 65-74 ans : +40 % de surmortalité
  • 75-84 ans : + 35% sur surmortalité

Le Territoire de Belfort enregistre surcroît de mortalité de 85 %. Cet excédent est de 67 % dans le Doubs et dépasse 45 % en Côte-d’Or et en Haute-Saône.

Cette surmortalité n'est pas un cas unique

La Bourgogne Franche-Comté a a connu d’autres épisodes de surmortalité, parfois plus longs comme la grippe de l’hiver 2016- 2017, parfois plus courts et plus intenses comme la canicule de l’été 2003.

Les personnes âgées, au-delà de 75 ans ou de 85 ans, sont les plus exposées à ces épisodes de surmortalité. Par contre, la grippe de Hong-Kong a aussi touché des personnes plus jeunes, à partir de 55 ans. En 2020, la hausse des décès concerne surtout les territoires proches des foyers épidémiques ou des grandes voies de communication."

À l’inverse, des territoires ruraux, où la population est plus âgée, ont pu être relativement épargnés, car éloignés des foyers de contamination.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Coronavirus : les indicateurs continuent de se dégrader

Dans son bilan hebdomadaire en date du vendredi 7 août 2020, l'agence régionale de santé appelle à "rester prudent", notamment auprès des plus fragiles. 160 cas positifs ont été enregistrés en une semaine dans la région. En France, plus de 2.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. Durant cette période estivale, l'ARS invite au respect de tous les gestes barrières lors des rassemblements en famille ou entre amis

Formation accélérée du « décubitus ventral » : l’hôpital de Besançon en exemple

"Teams DV" •

Pour répondre à l’augmentation du nombre de patients Covid-19  souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë durant la crise sanitaire, 212 volontaires ont été formés entre le 27 mars et le 15 avril au CHRU de Besançon à la mise en décubitus ventral (DV) des patients placés sous respirateur artificiel et sédatés. L'initiative "Team DV" a été saluée dans la revue scientifique Annals of Surgery et pourra servir à d'autres établissements en cas de seconde vague...

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.4
    ciel dégagé
    le 09/08 à 3h00
    Vent
    0.93 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    65 %

    Sondage