Des élus de la Nièvre s'opposent au transfert du centre d'appel 15 à Dijon

Publié le 19/09/2018 - 15:27
Mis à jour le 19/09/2018 - 15:27

D'importants élus de la Nièvre ont manifesté leur "refus du transfert du centre d'appel 15 à Dijon", s'inquiétant de la situation sanitaire du département dans une lettre à la ministre de la Santé, transmise ce mercredi 19 septembre 2018 à l'AFP.

PUBLICITÉ

L’Agence régionale de santé (ARS) « a confirmé le départ du centre d’appel du 15 à la date du 2 octobre, sans aucune possibilité de nous exprimer et sans communication auprès des usagers », ont regretté les signataires.

« Nous refusons d’assumer ces décisions que nous ne cautionnons pas »

La lettre est adressée à la ministre de la Santé Agnès Buzyn par la députée Perrine Goulet (LREM), les sénateurs Patrice Joly (PS) et Nadia Sollogoub (UC) et le maire de Nevers Denis Thuriot (sans étiquette, sympathisant LREM).

« Nous refusons d’assumer ces décisions que nous ne cautionnons pas », indiquent les élus, disant vouloir « prévenir la mise en danger volontaire d’un territoire délaissé au profit d’une +rationalisation+ inadaptée. »

Une « +expérimentation forcée+ (du transfert) en juin suite à l’absence de plusieurs professionnels a démontré les difficultés très importantes du Centre de Dijon à répondre aux appels des patients nivernais », poursuit le texte.

Des élus inquiets

Les élus s’inquiètent aussi du devenir de certains appels émanant du département voisin du Cher ou encore des conséquences de cette mesure sur le recrutement de médecins. Les Nivernais ont manifesté à plusieurs reprises, ces derniers mois, leurs inquiétudes sur l’accès aux soins dans le département.

  • Après la fermeture de la maternité de Cosne-sur-Loire en décembre, des craintes sur le devenir des urgences de nuit à Clamecy avaient notamment poussé 35 maires à remettre leur démission fin février au préfet. L’ARS avait finalement annoncé que les urgences de nuit seraient maintenues mais réorganisées.

Cette « situation très tendue de l’accès aux soins » est renforcée par « l’absence d’un hélicoptère sanitaire », « une population vieillissante » ou encore « un réseau routier dont la configuration n’offre pas une garantie suffisante en toutes saisons », selon la lettre des élus nivernais.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

Pour l’EFS, le jour férié du 15 août représente 600 pochettes de sang en moins, rien qu’en Franche-Comté. Pour pallier à ce manque, il organise une semaine du don, jusqu'au 17 août, à Besançon, Belfort et dans plusieurs villages de la région. Un masseur sera même aux Hauts-du-Chazal...

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Le soleil, la chaleur… Que de bons côtés dans l’été qui nous feraient presque oublier que cette saison est également synonyme d’invasion de moustiques. Chaque année, les femelles moustiques (car oui, ce sont elles qui nous piquent !) sont responsables de millions de boutons qui démangent. Après avoir essayé les prises ou les sprays, nous nous sommes demandés quels étaient les remèdes naturels anti-moustiques...

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Depuis quelque temps, une tache d'ambroisie, plante très allergisante, a été repérée à Besançon. Elle sera rapidement arrachée par les autorités compétentes. Que doit-on faire si l'on est confronté à cette plante sur son terrain ? Un agent de Fredon Franche-Comté nous répond.

Santé : évitez l’hydrocution

Santé : évitez l’hydrocution

Choc thermique • L'été est chaud, c'est donc l'occasion de profiter des lacs et des piscines des environs pour se rafraîchir et se détendre. Mais attention à l'hydocution ! Après un bon barbecue et quelques verres de rosé au soleil, on pourrait avoir envie courir dans l'eau pour se rafraîchir... Les professionnels de la santé vous diront que c'est une très mauvaise idée ! Voici quelques précautions à prendre avant de plonger.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.95
ciel dégagé
le 23/08 à 18h00
Vent
3.21 m/s
Pression
1020.55 hPa
Humidité
74 %

Sondage