Alerte Témoin

Des frontaliers manifestent pour le droit à garder une assurance maladie privée

Publié le 20/10/2013 - 18:00
Mis à jour le 21/10/2013 - 16:36

De 7.600 à 11.000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté ce dimanche 20 octobre dans trois départements voisins de la Suisse pour le maintien du droit des frontaliers à choisir une assurance privée pour leur couverture maladie.

photo-1.jpg
A Pontarlier ©Valérie Pagnot
Les frontaliers résidant en France et travaillant en Suisse avaient jusqu'à présent un "droit d'option" pour couvrir leurs frais de santé, c'est-à-dire le droit de choisir entre le système suisse (LAMal), l'assurance maladie française (la CMU, couverture maladie universelle) ou une assurance privée, souvent moins onéreuse.

Mais à partir du 1er juin, ceux qui auront choisi d'être assurés en France ne pourront le faire qu'à travers la Sécurité sociale. Cette mesure devrait rapporter 100 millions d'euros à la Sécurité sociale la première année et 150 millions d'euros par la suite.

A Pontarlier, entre 3.400 et 4.000 manifestants, selon la police et les organisateurs, ont réclamé ce dimanche "le maintien du droit d'option au delà de 2014".

"La mobilisation a été massive et elle est allée bien au-delà du monde des travailleurs frontaliers avec la présence de nombreux commerçants et de plusieurs élus", s'est réjouit Valérie Pagnot, de l'Amicale des frontaliers. "Le pouvoir d'achat des frontaliers va diminuer de 300 à 400 euros en moyenne par mois. C'est l'ensemble de notre économie locale qui va être impactée et des emplois vont disparaître", a prédit Mme Pagnot, espérant que "le gouvernement sera disposé à revoir sa copie".

Un amendement UMP au projet de loi de finances de la Sécurité sociale sera examiné en séance à partir de mardi.

Quelque 169.000 personnes résident en France et travaillent en Suisse. Environ 153.000 d'entre eux cotisent à une assurance maladie privée, 9.000 cotisent à la CMU et 7.000 sont assurés en Suisse.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.

Pas de prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour les marchés publics et privés : « Les Travaux Publics voient rouge ! » (Vincent Martin)

coup de gueule • Le Président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté estime que l'ordonnance du 13 mai 2020, ne prenant pas en compte la prorogation de l’état d’urgence sanitaire dans le calcul des délais entourant les marchés publics et privés, est un nouveau coup dur pour les Travaux publics.

Coronavirus : premier week-end déconfiné en vue

Au terme de la première semaine d'un déconfinement progressif et compliqué, les Français, appelés à réserver leurs vacances d'été pour secourir un secteur sinistré, vont pour la première fois depuis deux mois pouvoir partir en week-end --mais en restant à moins de 100 km de chez eux.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.65
ciel dégagé
le 26/05 à 3h00
Vent
3.78 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
94 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune