Des frontaliers manifestent pour le droit à garder une assurance maladie privée

Publié le 20/10/2013 - 18:00
Mis à jour le 21/10/2013 - 16:36

De 7.600 à 11.000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté ce dimanche 20 octobre dans trois départements voisins de la Suisse pour le maintien du droit des frontaliers à choisir une assurance privée pour leur couverture maladie.

 ©
©
Les frontaliers résidant en France et travaillant en Suisse avaient jusqu'à présent un "droit d'option" pour couvrir leurs frais de santé, c'est-à-dire le droit de choisir entre le système suisse (LAMal), l'assurance maladie française (la CMU, couverture maladie universelle) ou une assurance privée, souvent moins onéreuse.

Mais à partir du 1er juin, ceux qui auront choisi d'être assurés en France ne pourront le faire qu'à travers la Sécurité sociale. Cette mesure devrait rapporter 100 millions d'euros à la Sécurité sociale la première année et 150 millions d'euros par la suite.

A Pontarlier, entre 3.400 et 4.000 manifestants, selon la police et les organisateurs, ont réclamé ce dimanche "le maintien du droit d'option au delà de 2014".

"La mobilisation a été massive et elle est allée bien au-delà du monde des travailleurs frontaliers avec la présence de nombreux commerçants et de plusieurs élus", s'est réjouit Valérie Pagnot, de l'Amicale des frontaliers. "Le pouvoir d'achat des frontaliers va diminuer de 300 à 400 euros en moyenne par mois. C'est l'ensemble de notre économie locale qui va être impactée et des emplois vont disparaître", a prédit Mme Pagnot, espérant que "le gouvernement sera disposé à revoir sa copie".

Un amendement UMP au projet de loi de finances de la Sécurité sociale sera examiné en séance à partir de mardi.

Quelque 169.000 personnes résident en France et travaillent en Suisse. Environ 153.000 d'entre eux cotisent à une assurance maladie privée, 9.000 cotisent à la CMU et 7.000 sont assurés en Suisse.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Salon de l’agriculture : une nouvelle médaille d’or pour le Kirsch de Fougerolles AOC Peureux 

Le Kirsch de Fougerolles AOC Peureux a obtenu une nouvelle médaille d'Or le 27 février 2024 au Concours général agricole 2024. ”Une véritable fierté pour la Maison d'obtenir pour la deuxième année consécutive”, cette récompense pour cette eau-de-vie iconique de son terroir fougerollais, qui marque, en 2024, les 160 ans des Grandes Distilleries Peureux.

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.82
légère pluie
le 05/03 à 6h00
Vent
3.58 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
91 %