Empoisonnements à Besançon : l'anesthésiste demande le droit d'exercer à nouveau

Publié le 09/05/2018 - 16:00
Mis à jour le 23/05/2018 - 12:50

Un médecin anesthésiste de Besançon mis en examen en mars 2017 pour sept empoisonnements de patients, dont deux mortels, a demandé ce mercredi 9 mai 2018 à la justice d’alléger son contrôle judiciaire pour pouvoir exercer à nouveau sa profession. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Besançon, qui a examiné cette requête, rendra sa décision le 23 mai.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Le docteur Frédéric Péchier, 46 ans, clame son innocence et réclame l'autorisation de pratiquer des consultations d'anesthésie dans des établissements hospitaliers hors du département du Doubs, sans accès aux blocs opératoires et aux produits présentant un danger pour les patients.

"On ne peut pas avoir la garantie qu'il n'aura pas accès à certains produits et qu'il n'y aura pas d'acte qui puisse mettre en cause l'intégrité physique du patient au moment de l'opération", a estimé l'avocat général, se prononçant pour le maintien du contrôle judiciaire en l'état.

Les avocats de l'anesthésiste, Mes Randall Schwerdorffer et Ornella Spatafora ont souligné "la situation financière extrêmement compliquée" de leur client, "sans revenus depuis 15 mois, alors qu'in fine il pourrait bénéficier d'un non-lieu".

Rappel des faits

Le praticien est soupçonné d'avoir empoisonné sept patients âgés de 37 à 53 ans, entre 2008 et 2017, lors d'opérations sans difficultés particulières dans deux cliniques privées de Besançon.

Selon les investigations de la police judiciaire, des doses létales de potassium et d'anesthésiques locaux ont été volontairement administrées aux patients, provoquant des arrêts cardiaques. Cinq ont pu être ranimés, deux sont décédés.

Des arrêts cardiaques provoqués ?

Les enquêteurs suspectent ce praticien réputé parmi ses pairs à Besançon d'avoir provoqué ces arrêts cardiaques afin de briller en posant les bons diagnostics.

"Je n'ai jamais fait de diagnostic précoce, je n'ai jamais injecté d'antidote et je ne suis jamais entré dans un bloc sans que l'on m'appelle", se défend Frédéric Péchier, qui se bat pour prouver son innocence.

"Il y a bien un empoisonneur, mais ce n'est pas lui", a déclaré Me Schwerdorffer qui dénonce "l'absence de preuves pénales" et réclame la levée de sa mise en examen. Dans un contexte de rivalité entre médecins, il met en cause un autre anesthésiste qui "a reconnu avoir posé deux des diagnostics" permettant de ranimer les patients empoisonnés.

(Selon AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Faits Divers

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.75
légère pluie
le 21/05 à 18h00
Vent
3.79 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
93 %