Fusion des régions : le détail des votes en seconde lecture

Publié le 26/11/2014 - 09:54
Mis à jour le 26/11/2014 - 10:34

Les députés ont adopté la loi  par 277 voix pour, 253 contre et 33 abstentions. Jamais, depuis le début du quinquennat de François Hollande, on n'avait compté autant de votes contre ! Comment ont voté les groupes à l'Assemblées et comment ont voté les députés francs-comtois. Voici le détail

qui a voté quoi

Sur les 11 députés francs-comtois, on compte deux abstentions ( Sermier et Alauzet), deux votes pour (Romagnan et Villaumé).  Six des sept députés UMP de la région ont voté contre le texte. L'UDI Zumkeller a également voté contre…

DOUBS

  • M. Éric Alauzet (EELV) : Abstention
  • M. Marcel Bonnot (UMP) : Contre
  • Mme Annie Genevard (UMP) : Contre
  • Mme Barbara Romagnan (PS) : Pour

HAUTE-SAÔNE 

  • M. Alain Chrétien (UMP) : Contre
  • M. Jean-Michel Villaumé (PS) : Pour

JURA

  • Mme Marie-Christine Dalloz (UMP) : Contre
  • M. Jacques Pélissard (UMP) : Contre
  • M. Jean-Marie Sermier (UMP) : Abstention

TERRITOIRE-DE-BELFORT

  • M. Damien Meslot (UMP) : Contre
  • M. Michel Zumkeller (UDI) : Contre 

Le détail des votes par groupe et par député sur le site de l'Assemblée Nationale  

 Groupe socialiste 

257 pour (246 en juillet), dix contre (huit en juillet) et 16 abstentions (27 en juillet). Les votes "contre" sont de nouveau des chevènementistes (deux cette fois, Jean-Luc Laurent et Christian Hutin), hostiles au principe même de cette réforme, des adversaires de la fusion Languedoc-Roussillon avec Midi-Pyrénées (Christian Assaf, Kléber Mesquida et Robert Olive) et le Landais Henri Emmanuelli, opposé à l'union de l'Aquitaine avec Poitou-Charentes et Limousin.

Ce noyau a, arithmétiquement, perdu deux députés qui n'ont pas pris part au vote cette fois-ci: David Habib (Pyrénées Atlantiques) et la chevènementiste Marie-François Bechtel, qui a précisé qu'elle voulait de nouveau voter contre. Mais il en gagné quatre, qui avaient voté "pour" la fois précédente : le frondeur Pouria Amirshahi (Français de l'étranger), les Bretons Jean-Luc Bleuven et Annie Le Houerou, et l'Ariégeois Alain Fauré 

Sur les sept députés du Nord-Pas de Calais ou proches de Martine Aubry qui avaient alors exprimé leur hostilité à la fusion avec la Picardie, il n'en reste plus qu'une: Anne-Lise Dufour-Tonini.

Beaucoup d'abstentionnistes PS sont toujours des opposants aux découpages dans le Sud: Pierre Aylagas, Nathalie Chabanne, Jacques Cresta, Fanny Dombre-Coste, Jean-Paul Dupré et Martine Lignières-Cassou. Se sont aussi abstenus deux élus d'Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne: Philippe Bies et Armand Jung, même si les autres élus socialistes de cette région se sont finalement ralliés.

Les autres abstentionnistes sont des Bretons - Jean-Pierre Le Roch, Jean-René Marsac, Gilbert Le Bris, Philippe Noguès-, ou des méridionaux - Lucette Lousteau, Jean-Pierre Maggi et Frédéric Roig -.

Les députés d'Indre-et-Loire, dont la région, le Centre, reste isolée, ont renoncé à leur abstention de la première lecture.

UMP

181 contre (165 en juillet), 7 pour (5 en juillet), 8 abstentions (21 en juillet). 

Parmi les "pour", Benoist Apparu, mais il a fait savoir qu'il s'était trompé et voulait voter contre. Quatre élus favorables viennent de Champagne-Ardenne: François Cornut-Gentille, Nicolas Dhuicq, Bérengère Poletti et Jean-Luc Warsmann. Les deux autres sont Edouard Philippe (Seine-Maritime), dont la Normandie est réunifiée, et Fernand Siré (Pyrénées-Atlantiques).

Parmi les abstentionnistes UMP, nettement moins nombreux qu'en juillet, Xavier Bertrand, Gérald Darmanin et Jean-Pierre Decool, satisfaits de la répartition entre Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Champagne-Ardenne-Alsace-Lorraine.

Se sont aussi abstenus Dominique Bussereau, chantre de la fusion de l'Aquitaine avec le Poitou-Charentes, Serge Grouard (Loiret), Jean-Marie Sermier (Jura), Laurence Arribagé (Haute-Garonne) et Guénhaël Huet (Manche) 

UDI

23 contre (seulement dix en juillet), et cinq abstentions (19 en juillet) : Charles de Courson, Maurice Leroy, Hervé Morin, Michel Piron et André Santini 

Ecologistes

14 contre (un seul en juillet) et 4 abstentions (17 en juillet) : Eric Alauzet, Denis Baupin, Michèle Bonneton et Christophe Cavard.

Le groupe RRDP 

Le groupe radical, républicain, démocrate et progressiste) s'est divisé en deux parts égales : huit contre (neuf il y a quatre mois) et huit pour (six en juillet) dont le Charentais Olivier Falorni et le Normand Alain Tourret.

Les dix députés du Front de gauche ont voté contre, tandis que quatre de leurs alliés d'outremer ont voté pour. 

Sept des neuf non-inscrits ont voté contre, l'ex-socialiste Sylvie Andrieux votant pour, et Thomas Thévenoud, autre ex-socialiste, n'a pas pris part au vote.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Aucun pass sanitaire ne sera demandé lors des meetings politiques…

C’est une nouvelle qui va en faire grincer des dents plus d’un… Le Conseil constitutionnel (saisi par 60 députés de la France Insoumise) a validé ce vendredi 21 janvier 2022 le projet de loi concernant le pass vaccinal. Les sages ont toutefois refusé la possibilité pour les organisateurs de meetings politiques de demander un pass sanitaire aux participants.

Quatre députés du Doubs signent une tribune en faveur d’une « fin de vie libre »

Les Jeunes avec Macron (JAM) de Bourgogne-Franche-Comté ont rédigé ce mois de janvier 2022 une tribune afin de ramener dans le débat national la question du choix de la fin de vie. Fannette Charvier, Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés du Doubs, ont co-signé cette dernière.

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2.89
peu nuageux
le 22/01 à 6h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
100 %

Sondage