« Gilets jaunes »: la motion de censure de gauche sera débattue jeudi à l’Assemblée nationale

Publié le 12/12/2018 - 13:19
Mis à jour le 12/12/2018 - 14:53

La motion de censure de gauche déposée mardi contre le gouvernement, pour sa politique dans la crise des "gilets jaunes", sera débattue jeudi à 16H30 et soumise au vote de l'Assemblée nationale, a-t-on appris mercredi de source parlementaire.

assemblee_nationale3.jpg
© dp
PUBLICITÉ

La conférence des présidents de l’Assemblée a fixé cette date, en application de l’article 49-2 de la Constitution, qui impose un délai minimal de 48 heures après le dépôt d’une motion. Pour faire tomber le gouvernement, il lui faudrait réunir une majorité, ce qui est impossible au vu du contingent de la gauche (62 élus au total) par rapport aux 577 députés que compte l’Assemblée.

Communistes, Insoumis et socialistes affirment dans leur motion partager la « première revendication » du mouvement en cours: « Le refus de la politique sociale et fiscale injuste conduite depuis dix-huit mois« , tout en estimant que « la violence n’est jamais la solution« . Les députés appellent à « changer radicalement de cap« , soulignant que ce n’est « pas seulement le sort du gouvernement qui est en jeu », mais « la paix civile et sociale » du pays.

Le groupe LR ne va pas voter la motion, son président Christian Jacob jugeant que « ce n’est pas la réponse qui est attendue par l’opinion publique ».

Les trois groupes de gauche avaient déjà surmonté en juillet leurs divisions pour déposer une motion de censure commune contre le gouvernement sur l’affaire Benalla. Fait inédit depuis 1980, deux motions simultanées avaient alors été défendues, LR en ayant aussi déposé une. C’était alors la première fois que l’opposition avait recours à cette procédure depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

Plus de 100 motions de censure ont été déposées depuis 1958. Une seule a été adoptée, en 1962, faisant chuter le gouvernement de Georges Pompidou.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Visite de Christophe Castaner à Besançon : des Gilets Jaunes mis à l’écart s’insurgent

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu ce 13 mars 2019 à Besançon dans le cadre du programme des quartiers de reconquête républicaine (QRR) avec l'inauguration du commissariat de secteur de Planoise. N'ayant pas pu approcher le ministre, un groupe de Gilets Jaunes se dit "réprimé".

Manifestation des Gilets Jaunes : les commerçants impactés peuvent demander des baisses d’impôts

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a reçu ce 7 mars 2019 les élus de l’association France Urbaine et de l’Association des maires de France (AMF). Il leur a présenté le plan d’action du Gouvernement annoncé le 13 février dernier en soutien aux collectivités locales et aux commerçants impactés par le mouvement des Gilets Jaunes. La perte des ventes pourra être déduite fiscalement (au niveau des impôts).

Le syndicat Force Ouvrière s’insurge contre la « pression » subie par Frédéric Vuillaume, son secrétaire général

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche-Comté Bourgogne tient à apporter son soutien ce 5 mars 2019 à Frédéric Vuillaume, Gilet jaune et secrétaire général du syndicat FO. Ce dernier a été à plusieurs reprises mis en garde à vue et devrait être prochainement entendu par le tribunal correctionnel suite aux manifestations des Gilets jaunes à Besançon.

600 manifestants « toujours là » pour l’acte XVI des Gilets Jaunes à Besançon

Environ 600 gilets jaunes se sont rassemblés place de la Révolution à Besançon ce samedi 2 mars pour le seizième acte des Gilets jaunes. Le rassemblement s'est terminé à proximité de la préfecture du Doubs où quelques heurts ont éclaté. Sept individus venus en découdre avec les forces de l'ordre ont été interpellés.

Acte 16 des « Gilets Jaunes » : entre mobilisation aux stations-service de Pontarlier, manifestation à Besançon et Grand Débat

Les "Gilets jaunes" manifestent samedi 2 mars 2018 en France pour un acte 16 présenté comme un prélude à un "gros mois" de mobilisation le 9 et surtout le 16 mars afin de marquer la fin du Grand débat et les quatre mois du mouvement social. A Pontarlier, les gilets jaunes vont se mobiliser aux abords des stations-service de 11h à 16h. A Besançon une nouvelle marche est organisée à 14h au départ de la place de la révolution alors que des débats sont organisés par le conseil citoyen du quartier Besançon Planoise et par l'association pour le droit de mourir dans la dignité.

Perquisition au domicile du Gilet Jaune Frédéric Vuillaume

Mise à jour à 19h05 • Alors qu'il était venu au commissariat accompagné d'une trentaine de Gilet Jaune ce mercredi, Frédéric Vuillaume était sorti de garde à vue vers midi. Les policiers ont procédé à une perquisition à son domicile ce jeudi 28 février 2019 à 6h30. A nouveau placé en garde à vue, il a été libéré ce jeudi. Une vingtaine de manifestants s'est regroupée devant le commissariat de Besançon afin de le soutenir. Il pourrait être à nouveau convoqué en vue "d'une présentation au tribunal", nous précise-t-on.

Gilets Jaunes : « Le ras-le-bol fiscal doit être entendu » (Pierre Moscovici)

Le mouvement social des Gilets Jaunes, qui a rassemblé 46.600 manifestants en France samedi pour son acte 15, traduit notamment un "ras-le-bol fiscal qui doit être entendu", a estimé dimanche le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, dans une émission d'Europe 1, CNews et Les Echos.

Dans la catégorie

Venue de Jacqueline Gourault à Lure : « l’inutile valse des ministres potiches » (élus de l’opposition)

Suite à la venue en Haute-Saône et notamment à Lure de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, les élus de l'opposition de la ville de Lure ont tenu à exprimer leur mécontentement. La ministre n'a pas fait d'annonce qui empêcherait l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Les Jeunes avec Macron : Mathieu Farrero est le nouveau référent départemental dans le Doubs

Mathieu Farrero a été nommé référent des Jeunes Avec Macron (JAM) du Doubs le 16 mars 2019 lors du dernier conseil national des Jeunes Avec Macron qui s’est tenu à Paris. Cet étudiant en économie de 21 ans, résidant à Besançon, succède à Florian Maillot. Il aura en charge d’engager une nouvelle dynamique sur le territoire et de représenter le mouvement dans le département du Doubs.

La ministre Jacqueline Gourault en Haute-Saône

Après deux récentes annulations de déplacement en Haute-Saône, la troisième devrait être la bonne ! Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, est en Haute-Saône ce lundi 18 mars 2019. Elle visitera l'entreprise Val-Air et rencontrera des élus de Lure avec qui elle devrait discuter de l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

TGV Lyria : la Région Bourgogne Franche-Comté n’accepte pas les hypothèses proposées

Après sa rencontre du 27 février 2019 avec Guillaume Pépy, président de SNCF, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni le comité de suivi de la desserte du Lyria mercredi 13 mars à Dole. Objectif : auditionner l’entreprise Lyria sur les propositions alternatives à la suppression d’un aller-retour sur quatre du TGV entre Paris et Lausanne, via Dijon, Dole, Mouchard, Frasne et Vallorbe.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Mercredi 13 mars 2019, les députés ont prévu en commission dans le cadre de l'examen du projet de loi santé d'autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes comme des cystites ou angines. Les députés ont aussi prévu, à l'initiative du rapporteur et de certains députés LREM, de permettre aux infirmiers d'adapter des traitements en fonction des résultats d'analyses de biologie médicale des patients

Choix du médecin traitant : bientôt des voies de recours pour les patients

Les patients dépourvus de médecin traitant auront des voies de recours pour en obtenir un lorsqu'ils ne parviennent pas à en trouver, ont voté jeudi les députés en commission, à l'occasion de l'examen du projet de loi santé. Des amendements de deux députés apparentés MoDem et d'un LR ont été adoptés pour ainsi "rendre opposable l'accès au médecin traitant pour tout assuré en faisant la demande".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.38
ciel dégagé
le 20/03 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1031.85 hPa
Humidité
81 %

Sondage