"Gilets jaunes" : le gouvernement affirme sa détermination

Publié le 04/01/2019 - 16:13
Mis à jour le 04/01/2019 - 16:20

Le gouvernement a affiché ce vendredi 4 janvier 2019 à la fois sa fermeté et son ouverture à la veille d'une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes", en opposant "les agitateurs" qui "veulent renverser le gouvernement" aux "gens sincères" avec lesquels l'exécutif est "prêt à discuter".

©Alexane Alfaro
image d'illustration ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

« La loi, rien que la loi, toute la loi », a martelé Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, à l’issue du premier conseil des ministres de l’année.

Placée sous le signe des voeux, cette réunion a donné l’occasion à Emmanuel Macron de mobiliser le gouvernement, au début d’une année qui s’annonce difficile, et que l’exécutif débute sous la pression populaire.

Le fait « d’agitateurs » ?

Il espère que le huitième samedi de mobilisation des Gilets jaunes confirmera la décrue observée ces dernières semaines, plus d’un mois et demi après le début de la crise la plus grave du quinquennat.

Pour Benjamin Griveaux, ce mouvement est désormais « devenu, pour ceux qui restent encore mobilisés, le fait d’agitateurs qui veulent l’insurrection et, au fond, renverser le gouvernement ».

Les « plus radicalisés », dont certains « sont habitués des plateaux télés« , sont « dans un combat politique », a-t-il dénoncé, faisant allusion notamment à Éric Drouet, médiatique et controversé Gilet jaune interpellé mercredi soir près des Champs-Elysées.

« Qu’ils soient certains d’une chose : force restera à la loi », a insisté le porte-parole, reprenant la ligne de fermeté tenue par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ces derniers jours.

Sondages en berne

Dans le même temps, le gouvernement s’affirme « prêt à discuter avec des gens sincères qui ne font pas d’instrumentalisation politique », selon Benjamin Griveaux. Et d’appeler les Français à « participer activement » au « grand débat national » qui doit se tenir jusqu’en mars.

Ce débat sera « libre », a assuré vendredi Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), qui va l’organiser. « On est aux ordres de personne, on est aux ordres des Français simplement, pour garantir leur droit à la participation, sinon j’arrête tout de suite », a-t-elle prévenu.

Les détails de cette consultation restent encore flous, dans l’attente de « la lettre aux Français » qu’adressera Emmanuel Macron à la mi-janvier pour en « cadrer » les termes.

Apparu sur la défensive ces derniers mois, l’exécutif veut profiter de la nouvelle année pour reprendre l’initiative, malgré les très mauvais sondages sur son bilan et sa popularité.

Seuls 25% des Français se disent « satisfaits » de l’action du gouvernement depuis l’élection de mai 2017, soit 15 points de moins qu’en avril, selon un sondage Odoxa Dentsu consulting pour Le Figaro et France Info. Et tous les ministres, à l’exception de celle de la Santé Agnès Buzyn, perdent des points.

Appelant à « la lucidité« , Emmanuel Macron a estimé que le gouvernement avait « pris le bon chemin », mais que « des choses » pouvaient « être améliorées », a relaté Benjamin Griveaux. En citant les reproches des Français, qui « n’ont pas connu de progrès substantiels » depuis le début du quinquennat.

« Plus radicaux dans nos méthodes »

« Nous devons aller sans doute encore plus loin dans le changement, être encore plus radicaux dans nos méthodes, nos manières de faire, dans notre style », pour « aller au bout de l’envie de changement des Français, car c’est cette envie qui nous a portés au pouvoir« , a-t-il fait valoir. « Peut-être avons-nous trop composé avec certains conservatismes, nous allons changer cela ».

Après 20 mois de pouvoir, des changements commencent à intervenir dans l’entourage du chef du l’État. Sylvain Fort, son conseiller communication et chargé des discours, a annoncé son départ à la fin janvier, et le conseiller politique Stéphane Séjourné, un autre proche, va prendre en charge la campagne de La République en Marche pour les Européennes.

Ces mouvements prennent part dans « le cycle naturel du renouvellement » des effectifs, a justifié l’Élysée. Mais ils poussent à « s’interroger sur la gouvernance erratique qui caractérise » Emmanuel Macron, a dénoncé le député LR Guillaume Larrivé.

« Il faut voir ce que c’est que l’intensité de la vie politique, de la vie au plus près du pouvoir et de l’Élysée. C’est nor »Gilets jaunes » : le gouvernement affirme sa détermination
mal que certains souhaitent passer à autre chose »
, a plaidé Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Acte 30 des « Gilets jaunes »: 13 personnes interpellées à Dijon, un CRS blessé. Une centaine de manifestants à Besançon

Acte 30 des « Gilets jaunes »: 13 personnes interpellées à Dijon, un CRS blessé. Une centaine de manifestants à Besançon

10.300 manifestants en France • Treize personnes ont été interpellées à Dijon samedi 8 juin 2019 dans l'après-midi, notamment pour des violences et des dégradations. Un CRS a été blessé lors d'une manifestation tendue pour l'acte 30 du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué la préfecture de Côte-d'Or. A Besançon, ils étaient une centaine au départ du cortège place de la révolution avant de déambuler dans le calme pour rejoindre le commissariat.

Acte 28 des gilets jaunes à Besançon : des perturbations sur le réseau Ginko  samedi 25 mai

Acte 28 des gilets jaunes à Besançon : des perturbations sur le réseau Ginko samedi 25 mai

Une semaine après la manifestation "pluvieuse" des Gilets Jaunes qui avait rassemblé 800 manifestants pour les six mois du mouvement, un nouveau rassemblement est organisé ce samedi 25 mai 2019 à partir de 14h place de la Révolution. La circulation des Bus et des tramways sera à nouveau perturbée dans l'après-midi, notamment au centre-ville.

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Pour célébrer les six mois du mouvement, les Gilets Jaunes étaient plus nombreux dans les rues de Besançon en comparaison aux deux actes précédents qui avaient rassemblés 300 et 400 manifestants. Une des têtes de figures du mouvement avait appelé à un rassemblement national samedi 18 mai 2019. Au plus fort de la mobilisation Ils étaient 800 selon les autorités et largement plus d'un millier selon les gilets jaunes pour cet acte 27. A Chalezeule, les manifestants sont été dispersé par les gaz lacrymogènes et par la pluie. Le barbecue géant prévu près du rond point du bowling  n'a pas eu lieu.

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

Municipales : l’eurodéputé Yannick Jadot souhaite voir l’écologie l’emporter à Besançon…

L'eurodéputé Yannick Jadot (EELV) souhaite un "rapport de force écolo" qui soit "fort" dès le premier tour des élections municipales en mars 2020, se donnant pour objectif de "garder" Grenoble et en conquérir de nouvelles... comme Besançon où l'élue Anne Vignot devrait être tête de liste.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.16
ciel dégagé
le 19/09 à 0h00
Vent
2.85 m/s
Pression
1023.77 hPa
Humidité
67 %

Sondage