Il déchire le portrait d'Emmanuel Macron : le parquet de Besançon ouvre une enquête

Publié le 04/08/2021 - 11:42
Mis à jour le 05/08/2021 - 09:01

Lundi 2 août 2021vers 16h, un groupe s’est introduit dans le hall de l’hôtel de ville. Un des membres, un gilet jaune connu de la police, a décroché le portrait d’Emmanuel Macron avant de déchirer une partie du visage et de le rendre au palais de justice.

Le parquet de Besançon a ouvert une enquête pour vol, dégradation de bien public et outrage à personne dépositaire de l'autorité publique suite aux actes filmés par un gilet jaune et  diffusé dans une vidéo de cinq minutes sur le Groupe Facebook "Soutien à la dissidence".

La Ville de Besançon a pour sa part annoncé avoir porté plainte contre le gilet jaune connu des forces de l'ordre qui s'est introduit lundi après-midi dans le hall de l'hôtel de ville.

Accompagné d'un homard gonflable, il a décroché le portrait du président de la République avant de le jeter au sol, puis de déchirer le contour du visage d'Emmanuel Macron après avoir remplacé le portrait par un QR Code en forme de doigt d'honneur avec le message "Non au pass sanitaire".

"Je pense que c'est mieux ça non ? " déclare-t-il en sortant de l'hôtel de ville avec en musique de fond  le chant "On lâche rien" . Toujours accompagné et après quelques séances photo, il a rendu le portrait au palais de justice où il a remis une lettre adressée au procureur de la République de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.07
couvert
le 14/04 à 18h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
73 %