Insertion professionnelle des travailleurs en situation de handicap : un plan d’actions en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 02/10/2019 - 15:07
Mis à jour le 31/10/2019 - 17:40

Après une rentrée marquée par la mise en œuvre du service public de l’école inclusive, l’ARS Bourgogne Franche-Comté se mobilise également pour l’insertion professionnelle des travailleurs en situation de handicap.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Cette démarche s’inscrit en cohérence avec les travaux de coordination du Plan Régional d’Insertion des Travailleurs Handicapés (PRITH) piloté par la Direccte Bourgogne-Franche- Comté et dont l’une des orientations vise à "de?cloisonner les parcours d’insertion professionnelle dans une logique de développement des compétences des travailleurs handicapés, structures médico-sociales (IME, SESSAD*...), entreprises adaptées... de mobilisation des entreprises dans une démarche inclusive et d’auto-détermination pour les publics concernés", explique l'ARS.

L’agence régionale déploie un plan d’action régional proactif sur la base d’une enquête conduite (fin 2018) auprès d’une douzaine d’établissements et services d’aide par le travail (ESAT) de Bourgogne-Franche-Comté. Comment ces établissements s’organisent pour concilier accompagnement médico-social et équilibre économique? Comment se saisissent-ils des enjeux d’inclusion en milieu ordinaire ? Quels seraient les contours de l’ESAT de demain ? Comment mieux accompagner les structures pour s’y inscrire ? Grâce aux témoignages des professionnels, l’ARS a déjà des réponses à ces différentes questions. Selon l'ARS, l'objectif est de "proposer une palette de services internalisés et externalisés pour des parcours fluides et durables des personnes en situation de handicap".

Entre « ESAT refuge » et « ESAT tremplin »

L'ARS explique qu'aujourd’hui, "les encadrants des structures partagent une vision alternant entre « ESAT refuge », après une expérience difficile en milieu ordinaire, et « ESAT tremplin » vers l’emploi, selon l’âge, les profils des travailleurs et les étapes de vie traversées". L’agence souhaite engager une évolution des autorisations "pour permettre une meilleure valorisation des prestations externalisées et l’identification de places tremplin pour les nouvelles admissions".

Elle compte également développer une offre de formation en alternance accessible aux travailleurs d’ESAT "pour favoriser les activités « hors les murs » qui rendent possibles la diversification des marchés et l’adaptation à de nouveaux profils de travailleurs."

L’ARS indique qu'elle soutient encore les démarches qui facilitent l’intégration des travailleurs des ESAT en entreprise : formation des managers, du conseil d’administration, évolution des locaux... Elle prévoit par ailleurs d’accompagner des jeunes issus de SESSAD, ITEP ou IME* pour faire leur service civique en milieu ordinaire et "casser le systématisme" du parcours en milieu protégé, de l’institut médico-éducatif à l’ESAT.

Sont prévus la généralisation des "job coach" en ESAT et plus largement le déploiement du dispositif emploi accompagné (DEA).

L’ARS travaille aussi à "favoriser l’ancrage des ESAT au cœur des dynamiques économiques et territoriales". Elle souhaite encourager une approche conjointe des ESAT et entreprises adaptées, pour développer la prospection commerciale et s’orienter vers de nouveaux marchés. La réforme des entreprises adaptées a de son côté pour ambition de "renforcer leurs coopérations avec les autres acteurs de leurs territoires, ainsi que leur rôle de passerelle vers les entreprises « classiques »."

Enfin, l'agence soutient la mise en place d’un réseau inter-gestionnaires à l’échelle départementale ou infra pour « catalyser » les énergies autour de l’insertion professionnelle des jeunes. Une réflexion est engagée avec Franche-Comté et Bourgogne Active pour proposer une action collective aux ESAT volontaires en vue d’identifier les potentiels de développement et de diversification des activités.

Infos + en chiffres

La Bourgogne-Franche-Comté compte :

  • 72 ESAT représentant près de 5 800 places : 17 établissements en Saône-et-Loire, 13 dans le Doubs, 11 en Côte-d’Or, 9 dans l’Yonne, 7 dans la Nièvre, 6 dans le Jura et en Haute-Saône, 3 sur le Territoire de Belfort ;
  • 25 entreprises adaptées représentant 1 317 aides au poste : 7 établissements en Co?te- d’Or, 4 dans le Doubs, 1 dans le Jura, 3 dans la Nièvre, 3 en Haute-Saône, 3 en Saône-et- Loire, 3 dans l’Yonne et 1 dans le Territoire de Belfort.

* IME : institut médico-éducatif ; SESSAD : service d’éducation spéciale et de soins à domicile ; ITEP : institut thérapeutique, éducatif et pédagogique.

(Communiqué)

1 Commentaire

en tant qu'handicapé et à 57 ans j'ai déjà depuis + de 20 ans un pied dans la tombe car tout le monde m'a laissé tombé
Publié le 3 octobre 2019 à 05h52 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 27.52
couvert
le 18/06 à 12h00
Vent
4.68 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
47 %