Jean-Luc-Mélenchon répond à Joseph Pinard sur France Inter

Publié le 14/05/2012 - 16:56
Mis à jour le 14/05/2012 - 19:59

L’historien bisontin Joseph Pinard a posé une question ce lundi matin à Jean-Luc Mélenchon invité de Patrick Cohen sur France Inter.

"Patrick Cohen donne la parole à Joseph de Besançon.

Joseph Pinard : Quand M. Mélenchon a lancé son Parti de Gauche, il a pris pour modèle Die Linke en Allemagne. Or Die Linke vient de subir trois cinglants échecs successifs. Dans la Sarre, le 25 mars, perte de 5 points, le SPD en gagne autant. Dans le Schleswig-Holstein le 6 mai, l’Humanité a parlé d’un « terrible revers » et hier en Rhénanie, même chose. Aux yeux de Monsieur Mélenchon, Die Linke devait prendre la place d’une social-démocratie discréditée. C’est l’inverse qui se produit. Qu’en pense-il ?

Patrick Cohen : Merci Joseph pour cette question documentée. Jean Luc Mélenchon …

Jean Luc Mélenchon : Est-ce Joseph Pinard que j’ai le bonheur d’entendre ?

Joseph Pinard : Tout à fait

Jean Luc Mélenchon : Voilà bonjour Joseph. Il s’agit de l’empereur Joseph Pinard, ancien conseiller général socialiste de Besançon qui est un personnage, un historien très pointu et un grand socialiste donc j’ai beaucoup de bonheur à le saluer. Alors donc Joseph est traditionnellement un social-démocrate lié au socialisme qui est passé de la démocratie chrétienne à la sociale démocratie. Mais dans la région, ce sont des combattants. Donc, Joseph, regarde bien la situation. J’ai gagné 4 millions de voix, c’est-à-dire qu’entre le dernier vote national que nous avons eu aux élections européennes et le vote présidentiel, le Front de gauche a gagné plus de 3 millions de voix. Au total nous arrivons à au moins 4 millions. Nous sommes donc une force nouvelle et ascendante.

Et Joseph sait mieux qu’un autre que les forces politiques nouvelles naissent de synthèses idéologiques nouvelles et nous, nous avons fait la synthèse entre le vieux mouvement ouvrier, entièrement notamment pour le sociaux-démocrates, bâti sur l’idée qu’on partageait les fruits de la croissance, c’est-à-dire qu’on ne partage pas la nature du gâteau au départ ; on prend sur ce qui va venir en plus et on le partage. Cette vieille idée au fond productiviste, la logique de la gauche, nous l’avons marié avec l’écologie politique et les idées nouvelles que nous portons comme la planification écologique, en même temps que la règle verte et le projet de 6eme République sont un véritable renouveau stratégique pour la gauche. Et je crois que d’une certaine manière cela a été entendu. Nous sommes une force ascendante.

A l’inverse, Die Linke qui a été un modèle pour nous, je ne veux pas dire le contraire, et en particulier Oskar Lafontaine, social-démocrate comme toi au départ, lui n’a jamais été de la tradition du socialiste jacobin et républicain des Français. Et bien cette force a aujourd’hui de très grandes difficultés. Il faut se demander pourquoi. Je crois que leur erreur – ils en ont quand même commis quelques-unes – c’est d’avoir voulu à tout prix faire un parti unifié au lieu de faire un front comme nous venons de le faire en France, c’est-à-dire qui permet à la fois de faire valoir la diversité et de faire valoir l’énergie du rassemblement. Donc oui Die Linke est en grande difficulté et il va falloir qu’ils procèdent à un renouveau idéologique beaucoup plus profond que ce qu’ils n’ont fait jusqu’à présent, dans la tradition sociale-démocrate finalement. Ils ont été les Monsieur Plus de la sociale démocratie allemande. Nous, nous ne sommes pas les Monsieur Plus du Parti Socialiste Français, nous sommes autre chose, une autre force politique qui a une cohérence idéologique.

Voilà Joseph, j’ai été heureux de t’entendre et j’invite tout le monde à lire tes œuvres parce que c’est magnifique même si tu n’es pas d’accord avec moi et que des fois tu me le dis très et trop vigoureusement".

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Laurent Croizier s’insurge contre l’arrêté interdisant la diffusion des JO sur les terrasses bisontines…

Dans une lettre adressée en date du 24 juillet 2024 à Anne Vignot, la maire de Besançon, le député du Doubs demande à ce que les restaurateurs et cafetiers bisontins puissent installer des écrans sur leur terrasse ou à l’intérieur de leur établissement qui seraient visibles depuis la voie publique…

Macron : pas de nouveau gouvernement avant la fin des JO, appel aux partis à “faire des compromis”

Emmanuel Macron a affirmé mardi 23 juillet 2024 qu'il ne nommerait pas de nouveau gouvernement avant la fin des Jeux olympiques, "mi-août", au nom de la "trêve" qu'il a invoquée, faisant valoir que l'inverse "créerait un désordre" pendant l'événement sportif planétaire organisé à Paris.

L’ancien préfet de Haute-Saône Michel Vilbois limogé pour management “brutal”

Préfet du Tarn depuis seulement 9 mois, Michel Vilbois, ancien préfet de Haute-Saône, sera démis de ses fonctions à compter du lundi 22 juillet. Connu pour sa fermeté face aux manifestations contre l’autoroute A 69 et visé, selon des sources concordantes, par des accusations de management "brutal". Son limogeage intervient environ un mois après un audit mené auprès de ses services par l’Inspection générale de l’administration (IGA), dont les résultats ne sont pas encore connus.

Candidat RN sous curatelle dans le Jura : un recours pour annuler le scrutin législatif

La candidate Nouveau Front populaire dans la 2e circonscription du Jura a déposé un recours mercredi 17 juillet 2024 devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler le scrutin législatif qui avait vu la qualification au second tour d'un candidat Rassemblement national sous curatelle, donc théoriquement inéligible.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.21
nuageux
le 25/07 à 00h00
Vent
1.28 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
92 %