L'imbroglio juridique autour de la montée du RC Lens, après une décision du tribunal de Besançon

Publié le 29/01/2015 - 19:51
Mis à jour le 29/01/2015 - 19:42

Le RC Lens, déjà escorté par des interrogations sur son budget et de mauvais résultats, vit décidément une saison de cauchemar, puisque la justice a invalidé sa montée en L1 jeudi,après une plainte du FC Sochaux. Cet imbroglio juridique n'entraîne pas de rétrogradation pour l'heure, la Fédération française de football (FFF) ayant fait appel de la décision dans la foulée.

2014-02-23-match_sochaux_valenciennes.jpg
©www.fcsochaux.fr

Football

PUBLICITÉ

Sochaux à l’origine de la procédure

Le FC Sochaux, qui était descendu sportivement de L1 en L2 à l’issue de la saison dernière, n’avait pas vu d’un bon oeil le feuilleton du RC Lens, avec sa montée de L2 en L1, acquise sur le terrain, d’abord refusée par le gendarme financier du foot français (DNCG) avant d’être finalement autorisée par la Fédération française de football (FFF).

Le club du Doubs estimait que la place des Artésiens dans l’élite lui revenait et a saisi le tribunal administratif de Besançon. Cette juridiction a annulé jeudi l’autorisation de montée en L1 accordée en juillet au RC Lens par la FFF.

Le tribunal a jugé que la FFF n’était pas compétente pour revenir sur une décision de la DNCG. Il a par ailleurs rejeté la demande des Sochaliens d’être réintégrés automatiquement en L1 à l’issue de la saison 2014-15.

Quelles conséquences pour Lens ?

La décision de la justice « ne change rien au championnat, mais elle constate malgré tout que Lens n’a pas le titre juridique pour jouer en Ligue 1« , a indiqué Me Yanis Zoubeidi-Defert, avocat du FC Sochaux, à l’origine de cette procédure judiciaire.

En d’autres termes, l’avocat dit que le tribunal ne se prononce pas sur la rétrogradation de Lens, mais sur la légalité de la décision de la FFF d’intégrer les Nordistes en L1. « Le RC Lens est un occupant sans droit ni titre du championnat de Ligue 1 et la conséquence logique serait la rétrogradation du club« , ce qui ne pourrait intervenir qu’à l’issue de la saison actuelle, ajoute l’avocat du club doubiste, estimant encore que « la Ligue de football professionnel (LFP) et la Fédération française de football (FFF) devront assumer leurs responsabilités ». La réponse de la FFF ne s’est pas fait attendre puisqu’elle a fait appel, sans vouloir en dire davantage « tant que la procédure est en cours ».

Des dommages collatéraux ?

Lens est donc toujours un club évoluant en L1, qui accueille Bastia samedi pour le compte de la 23e journée. Toutefois « cette remise en cause de la décision de la FFF peut entraîner un énorme problème sportif et moral », a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

Si la décision du TA de Besançon est interprétée comme une promesse de descente en L2 quoi qu’il arrive sur le terrain, alors les joueurs lensois pourraient « ne plus avoir d’envie, d’intérêt à jouer leurs matches à fond », explique cette source. Sauf que « ce jugement n’oblige pas les instance du football à rétrograder Lens en fin de saison, il n’a pas de conséquence pratique sur le championnat« , a fait savoir à l’AFP le tribunal de Besançon.

Reste le point de vue sochalien. « Hormis une satisfaction de principe ou uniquement liée à la question du droit, les dirigeants de Sochaux ne peuvent pas être contentés par cette décision« , poursuit la source.

Kombouaré: « ça m’emmerde« 

L’entraîneur du RC Lens, Antoine Kombouaré, n’avait pas besoin de ce nouvel épisode dans une saison où toutes les interrogations liées aux garanties financières de l’actionnaire majoritaire, l’Azerbaïdjanais Hafiz Mammadov, n’ont pas été levées. Sans oublier que le RC Lens est 19e et avant-dernier de L1. « Sochaux me fait rire, ils sont descendus car ils ont été mauvais, et nous, nous sommes montés car nous avons été bons, a lâché Kombouaré devant la presse. Je leur souhaite de remonter et nous de nous maintenir, c’est la réalité des choses. Après si certains veulent récupérer de l’argent via les procès contre la Ligue ou la Fédé ? Ils font ce qu’ils veulent. Mais moi, ça m’emmerde« . Le RC Lens s’est refusé à tout commentaire.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.68
couvert
le 17/10 à 12h00
Vent
4.986 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
62 %

Sondage