Le gendre de Ben Ali débouté par la justice suisse

Publié le 04/02/2013 - 15:17
Mis à jour le 04/02/2013 - 15:17

La Tunisie pourra sous conditions prendre connaissance du dossier instruit au pénal en Suisse pour blanchiment et corruption concernant Slim Chiboub, gendre de l'ex-président Zine al Abidine Ben Ali, a décidé le Tribunal pénal fédéral (TPF), déboutant une demande de M. Chiboub.

PUBLICITÉ

Dans un arrêt du 22 janvier rendu public lundi, le TPF a écarté un recours refusant à la Tunisie la qualité de partie plaignante dans cette affaire. Les fonds de M. Chiboub sont bloqués par le gouvernement suisse dans une banque de Genève depuis le début 2011.  Avant le début du « Printemps arabe », « Monsieur Gendre », comme l’appelaient les Tunisiens, avait été visé par une autre enquête du Ministère public de la Confédération : les investigations portaient sur des pots-de-vin versés par la société Alstom.

Tout comme son épouse, fille cadette de l’ex-président Ben Ali et de sa première femme, Slim Chiboub figure sur une liste du Conseil fédéral (gouvernement suisse) de proches de l’ancien chef d’Etat contre lesquels des mesures ont été prises.

En tout, le Conseil fédéral a bloqué près de soixante millions de francs suisses (48 millions d’euros) appartenant aux proches de Ben Ali. Une partie de l’argent saisi en Suisse, d’un montant non précisé, a été placé par M. Chiboub. Les autorités tunisiennes affirment que les sommes déposées en Suisse sont plus importantes.

Pour le TPF, il existe notamment des soupçons fondés selon lequels le recourant a pu profiter de son appartenance au clan Ben Ali pour participer aux actes de corruption reprochés à celui-ci.  « Il est dès lors admis que les droits de la République de Tunisie peuvent avoir été lésés par l’infraction supposée de blanchiment d’argent« , relève le TPF. Tunis devra toutefois se conformer aux garanties prévues et ne pourra pas utiliser les informations obtenues pour les besoins de toute autre procédure pénale, civile ou administrative en Tunisie.

Parallèlement, les autorités tunisiennes ont adressé plusieurs demandes d’entraide à la Suisse.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.29
couvert
le 22/05 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1019.57 hPa
Humidité
96 %

Sondage