Meurtre de la jeune Emma : son petit ami condamné à 13 ans de prison

Publié le 20/09/2023 - 17:26
Mis à jour le 21/09/2023 - 09:48

Le petit ami de la jeune Emma, atteint d'un trouble mental l'empêchant d'éprouver des émotions, a été condamné, mercredi 20 septembre 2023 à Mâcon, à 13 ans de prison, pour avoir poignardé à de multiples reprises  l'adolescente de 14 ans, en 2022.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

L'accusation avait requis 13 ans de prison pour assassinat contre le mis en cause, actuellement âgé de 15 ans. Il encourait une peine maximale de 20 ans mais le ministère public et le tribunal ont retenu son jeune âge et ses troubles mentaux, ont indiqué à l'AFP les avocats des parties au procès, qui s'est déroulé à huis-clos.

Un "trouble de la personnalité schizoïde"

C'est "le maximum" possible, a réagi après la condamnation Patrick Uzan, avocat des parents d'Emma, reconnaissant "l'altération du discernement" dont le jeune garçon souffre. "C'est un verdict conforme. La famille va pouvoir s'apaiser", a ajouté l'avocat auprès de l'AFP, excluant un appel. Le tribunal pour enfants de Mâcon, statuant en criminel, a assorti sa peine d'importantes obligations de soins. Lors du procès, entamé lundi, les experts se sont succédé pour décrire "le trouble de la personnalité schizoïde" dont il souffre, un état caractérisé par un détachement et un désintérêt général.

"Ça ne lui a rien fait. Il n'a rien, aucun ressenti"

a ne lui a rien fait. Il n'a rien, aucun ressenti. Il est vide ce garçon", a déploré Nathalie, la mère d'Emma, citée par son avocat. L'adolescent est "psychiquement incapable de ressentir quelque chose", a reconnu auprès de l'AFP son avocate, Me Amélie Gemma, disant ne pas pouvoir d'ores et déjà se prononcer sur un éventuel appel. "Le tribunal a retenu l'altération du discernement, c'est ce que je voulais", a-t-elle dit, soulignant également le difficile environnement familial dans lequel a vécu le garçon.

Sa mère est une ex-alcoolique et son père a été condamné en 2022 à huit mois de prison avec sursis pour l'avoir battu. Poursuivi pour assassinat, Joris, qui avait lui aussi 14 ans au moment des faits, encourt une peine maximale de 20 ans. Mais l'accusation a retenu son jeune âge et l'altération de son discernement en raison de ses troubles mentaux, ont indiqué à l'AFP les avocats des parties au procès, qui se déroule à huis-clos.

Il avait avoué "rapidement"

Le 9 juin 2022 à Clessé (Saône-et-Loire), typique village viticole de la Bourgogne-Sud, le corps d'Emma avait été découvert sur la voie publique près de son ancienne école primaire. La dépouille de l'adolescente, élève de 4e, présentait de nombreuses plaies et un couteau encore planté dans le cou.

Dès le lendemain, le petit ami d'Emma avait été interpellé, avouant rapidement que, lors d'un rendez-vous nocturne, il avait porté à Emma trois coups au niveau du cou avec un couteau dissimulé jusque-là dans sa manche. Emma avait "tenté de fuir, mais le suspect (avait) tenté de l'étrangler" avant de porter de nouveaux coups de couteau", avait indiqué le parquet peu après les faits.

"Des vertus pédagogiques"

"C'est une affaire terrible", a lâché Me Uzan. "Mais elle a des vertus pédagogiques : il faudra que les collèges et lycées, lorsqu'ils sauront quelque chose de dangereux qui concerne un enfant, avertissent les parents. Si les parents d'Emma avaient été avertis, ce drame n'aurait jamais existé", a-t-il assuré à l'AFP. La mère de l'adolescente avait demandé que le prévenu soit enfermé, disant ne pas vouloir "qu'il puisse recommencer et qu'une autre famille vive ce qu'on a vécu".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.17
nuageux
le 28/05 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %