Octobre Rose : 200 femmes meurent chaque année du cancer du sein en Franche-Comté

Publié le 29/09/2015 - 15:06
Mis à jour le 02/10/2015 - 12:26

L'opération nationale de lutte contre le cancer du sein Octobre Rose commence ce mercredi 30 septembre en Franche-Comté. Une cinquantaine de manifestations sont organisées dans la région avec pour objectif : réduire le taux de mortalité chez les femmes atteintes d'un cancer du sein. Comme en 2014, des bracelets roses seront distribués en guise d'engagement fort dans la lutte contre le cancer du sein. 

dsc_9293.jpg
Dr Raouchan Rymzhanova, médecin coordonnateur à l'Association pour le Dépistage des Cancers en Franche-Comté (ADECA FC). ©Damien
PUBLICITÉ

L’an dernier, 8 000 bracelets roses ont été distribués. « Le bracelet rose est un engagement des personnes qui le portent : elles promettent de se faire dépister et de faire la promotion de l’opération Octobre Rose » nous explique Dr Raouchan Rymzhanova, médecin coordonnateur à l’Association pour le Dépistage des Cancers en Franche-Comté (ADECA FC).

Un dépistage gratuit et une double lecture

Dans le cadre d’Octobre Rose, trois véhicules estampillés sillonneront les quartiers des communes y compris dans en milieu rural où « toutes les femmes sont attendues »  pour se faire dépister gratuitement précise Dr Rymzhanova.

Le fonctionnement du dépistage organisé du cancer du sein :

  • Une seconde lecture des clichés même sans anomalies
  • Une prise en charge à 100%
  • Des radiologues spécialement formés et un matériel contrôlé
  • Une égalité d’accès pour toutes les femmes de 50 à 74 ans grâce au courrier systématique d’invitation à la mammographie 

Le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes 

En France, plus de 48 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2012 et près de 12 000 femmes sont décédées de ce cancer. En Franche-Comté, environ 1 000 cas sont diagnostiqués chaque année et 200 femmes par an, tous âges confondus, meurent du cancer du sein.

« Depuis 2003 – première année d’Octobre Rose en France – 4 000 cancers ont été découverts en Franche-Comté dont 200 ont été détectés en seconde lecture par un radiologue agréé » nous indique Dr. Rymzhanova.

Un dépistage tous les deux ans à partir de 50 ans 

L’Association pour le Dépistage des Cancers en Franche-Comté (ADECA-FC) invite toutes les femmes de 50 à 74 ans à se rendre, tous les deux ans, chez un radiologue agréé pour une mammographie. L’ADECA-FC a été désignée comme unique structure de gestion pour les quatre départements. C’est à ce jour la seule structure à vocation régionale en France. Il s’agit d’une association loi 1901 qui travaille en lien avec les médecins généralistes et spécialistes publics et privés. Son financement est assuré par l’Assurance maladie, l’ARS et le Conseil Départemental de la Haute- Saône.

Pour les plus jeunes, il est conseillé de palper sa poitrine régulièrement, en particulier chez les femmes aux antécédents familiaux.

Le dépistage n’a pas pour seul objectif que de faire diminuer la mortalité, pour laquelle il est encore tôt pour en mesurer l’efficacité. Il a aussi un impact sur la morbidité, car il favorise une intervention plus précoce. La tendance à la hausse des cancers de bon pronostic pourrait constituer un premier signe d’efficacité du dépistage en Franche-Comté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.84
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
93 %

Sondage