"Pavé dans la mare" : Jean-Louis Fousseret prend-il vraiment du recul ?

Publié le 09/10/2012 - 18:56
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:46

Suite à la polémique née en conseil municipal le 20 septembre dans les rangs mêmes de la majorité sur les subventions allouées au centre d'art contemporain, Jean-Louis Fousseret déclare dans un communiqué vouloir ne "pas participer à cette surenchère d’allégations sur l’équipe municipale". Il dit vouloir prendre du recul. Pourtant, face à "l'obstination" de son conseiller municipal Jean Sébastien Leuba qui s'est exprimé "contre" la gestion de la ville, le maire de Besançon  décide de lui retirer sa délégation (précarité énergétique)  tout en appelant certains élus "à se ressaisir" et à faire preuve de responsabilité dans l’intérêt général des Bisontins.

 ©
©

Rappel à l’ordre

"Malgré nos rencontres et les informations que je lui ai communiquées, Jean-Sébastien Leuba, conseiller municipal délégué, a choisi de s’exprimer publiquement et à plusieurs reprises contre la gestion de la Ville dans ce dossier. En conséquence, je n’ai eu d’autres choix que de lui retirer sa délégation".   

Le maire de Besançon rappelle dans son communiqué que les "subventions aux associations font l’objet d’un examen en commission où siègent, côte à côte, membres de la majorité et de l’opposition. Une fois adoptés par cette instance, les projets passent en conseil municipal et sont soumis au vote de l’ensemble des élus"(...)Le soutien apporté au Pavé dans la Mare ne déroge pas à cette règle. La dernière subvention a même été approuvée à l’unanimité en commission, opposition et majorité confondues. (...) S’interroger publiquement sur ce fonctionnement, qui plus est de manière répétitive, laisse à penser que les élus de cette ville pourraient contourner ces règles. Il n’en est évidemment rien. "

En clair, les élus de la majorité n'ont qu'à bien se tenir. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

« Histoire de libellule », une auteure jurassienne évoque les violences sexuelles qu’elle a subit à l’adolescence

Anne-Marie Rouchon a consacré 18 ans de la première partie de sa vie au sport de haut niveau. A peine sortie de l’enfance et pendant plusieurs années, elle subit des agressions sexuelles de son entraineur. Quarante ans lui sont nécessaires pour trouver le courage de sortir du silence et enfin déposer sa parole dans un livre, Histoire de libellule (Z4éditions), sorti en septembre 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.98
couvert
le 19/10 à 6h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
73 %

Sondage