Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Julien Odoul

Publié le 11/06/2021 - 17:10
Mis à jour le 11/06/2021 - 15:23

Candidat n°5 •

Julien Odoul a 36 ans. Membre du RN depuis 2014, il est conseiller régional de Bourgogne Franche-Comté depuis 2015 et conseiller municipal de Sens depuis 2020. Il représente le  Rassemblement National avec sa liste  « Pour une région qui vous protège »

Régionales Bourgogne Franche-Comté : Julien Odoul est le candidat RN aux élections régionales ©
Régionales Bourgogne Franche-Comté : Julien Odoul est le candidat RN aux élections régionales ©

Qui est Julien Odoul ?

  • Né le 8 mai 1985 à Paris (36 ans)
  • Profession : Attaché parlementaire / Historien de formation
  • Mandats : Conseiller régional de Bourgogne Franche-Comté (2016-2021), Président du groupe RN de la région Bourgogne Franche-Comté (2017-2021) et Conseiller municipal de Sens depuis 2020
  • Situation familiale : célibataire

Nom de la liste : Pour une région qui vous protège

  • Étiquettes politiques : Rassemblement National / Avenir français / Les localistes / Droite Populaire

Quelle est votre vision pour la Bourgogne Franche-Comté ? Pourquoi vous présentez-vous ?

Ma motivation principale se résume par mon slogan : je souhaite une région qui protège les Bourguignons et les Francs-Comtois. Insécurité, chômage, dégradation de l’environnement, immigration… Il est essentiel aujourd’hui que la région agisse pour protéger ses habitants.

Quels sont les cinq points prioritaires de votre programme ?

Ma première priorité, c’est la sécurité. Mes adversaires me rétorqueront que la sécurité n’est pas une compétence régionale, je crois au contraire qu’elle peut le devenir. Mais surtout, la région a déjà les moyens pour agir contre les violences et l’insécurité : police régionale des transports, soutien à l’équipement des polices municipales, vidéoprotection des lycées, fonds de soutien aux victimes et aux femmes battues… nous le ferons !

Je veux ensuite me battre pour l’emploi. Il y a dans la région plus de 245 000 chômeurs, 4100 emplois industriels ont été détruits en un an. Je veux redonner du travail à 50 000 chômeurs en 2 ans. Pour cela, je mettrai fin aux subventions pour les entreprises qui délocalisent ou ont recours au travail détaché, je doublerai les crédits dédiés à la formation et créer un fonds souverain régional, pour investir dans les entreprises prometteuses et soutenir celles qui sont en difficulté.

Le rééquilibrage territorial me semble par ailleurs essentiel. Les métropoles de la région sont beaucoup trop avantagées, au détriment de nos villages et bourgs moyens, alors que notre région est la plus rurale de France. Dijon a par exemple bénéficié d’un plan de relance de 250 millions d’euros. Je mettrai en place un bouclier rural : quand 1 euro d’argent public sera consacré aux métropoles, 1 euro ira pour la ruralité.

J’agirai également pour la santé. La crise sanitaire a mis en évidence la fragilité de notre système et a durement touché nos compatriotes. La région pourrait agir en matière de santé si elle le voulait : à la tête de la région, j’embaucherai 200 médecins salariés pour soigner dans la ruralité et je financerai des bus médicalisés qui sillonneront les coins les plus reculés de notre région, là où les médecins ne vont plus.

Enfin, je veux préserver notre environnement. Les éoliennes constituent par exemple une pollution visuelle majeure. Elles défigurent nos paysages et sont un danger pour la biodiversité : je prononcerai un moratoire sur leur installation et nous engagerons un démantèlement des éoliennes déjà installées en soutenant des recours. Pour agir réellement et faire pression sur le gouvernement, nous validerons la politique régionale environnementale par référendum.

Comment vous différenciez-vous par rapport aux autres listes ?

Je crois qu’il faut insister sur la solidité et la constance des convictions. Gauche, droite, macronistes, ils ont beaucoup varié, beaucoup promis et au final, au pouvoir, ils n’ont rien fait ou ont trahi.

Au Rassemblement National, nous sommes constants dans notre volonté de servir en priorité le peuple français et nous avons eu raison avant les autres.

Le message de Julien Odoul aux habitants de Bourgogne-Franche-Comté

Je crois que les habitants de notre région le sentent : nous pouvons l’emporter en juin prochain et enfin changer les choses ! Nous sommes la seule liste capable de battre la candidate socialiste sortante Marie-Guite Dufay. La droite de Gilles Platret ne sait plus où elle va et s’allie avec DLF et avec des écologistes de gauche. Je ne parle pas même pas de la liste macroniste qui n’a aucune chance de l’emporter : il faut se mobiliser.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Régionales 2021 Bourgogne Franche-Comté

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : qui sont les 100 élus de la région ?

Voici, par département la liste des nouveaux conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté. La liste de la présidente sortante, largement en tête, obtient 57 sièges. La liste de Gilles Platret (LR) récolte 18 sièges tout comme celle du RN Julien Odoul. La liste de Denis Thuriot (LREM) en récolte sept.

La sortante socialiste Marie-Guite Dufay largement réélue (42,2%)

La présidente sortante de  Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a été largement réélue, dimanche, avec 42,2% (289.925 voix), devant le  LR Gilles Platret  (24,23 % – 166.448 voix)  et le RN Julien Odoul (23,78% – 163.334 voix), selon les résultats complets, tandis que la liste LREM de Denis Thuriot, dont le maintien avait suscité des critiques, ne franchit pas la barre des 10% (9,79% – 67.220 voix)

Abstention aux Régionales : “la démocratie française plus que jamais en péril”, selon l’Institut Jean Jaurès

L’abstention record du premier tour des régionales (66,72 %) met « la démocratie française plus que jamais en péril », selon une étude publiée ce vendredi 25 juin 2021 par l’Institut Jean Jaurès, qui propose des pistes pour y faire face, comme le vote par correspondance ou une réforme du calendrier électoral.

36 % des Français disent vouloir aller voter dimanche, les électeurs pour la prise en compte du vote blanc

Après le taux d’abstention record (66,7 %) comptabilisé lors du premier tour des élections régionales, la tendance devrait se poursuivre, dimanche 27 juin, lors du second tour. Selon un sondage Ifop pour Le Journal du dimanche rendu public ce jeudi 24 juin, seulement 36 % des Français disent avoir l’intention de se rendre dans l’isoloir.

Politique

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.66
couvert
le 29/02 à 0h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
88 %