Rencontre avec Mickey Mitch, un humoriste 100% franc-comtois

Publié le 09/12/2014 - 08:55
Mis à jour le 09/12/2014 - 10:04

Qu'est-ce qui est franc-comtois ? Qui a de l'humour ? Qui veut remplir le petit Kursaal pour son premier one man show? Qui ne porte pas un nez rouge ? Qui a le prénom d'une souris connue ? Et le nom d'un personnage d’Alerte à Malibu ? C'est Mickey Mitch ! À 36 ans, cet humoriste "pur produit franc-comtois" lance son premier one man show. Il se produira le 13 décembre 2014 au Petit Kursaal. En attendant, l'artiste nous confie en exclusivité la fin de son spectacle !

1-mickey_mitch_humoriste.jpg
Mickey Mitch ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

maCommune : D’où vient votre pseudonyme ?

Mickey Mitch : « Mickey me vient du collège et Mitch celui au lycée. »

mC : Comment a commencé votre envie de vous lancer dans un one man show ?

Mickey Mitch : « Depuis que je suis gosse, je cause à tout le monde même que ma grand-mère paternelle me disait que j’avais le pouvoir de causer même à un mort ! Adolescent je découvre le bonheur de monter sur les planches avec la troupe de théâtre baumoise TSM et je me fais la promesse un jour d’écrire quelque chose à jouer ou à faire jouer. Je voulais vendre de la bonne humeur… Bon j’ai mal tourné, j’ai terminé par vendre des stores de terrasses … en Franche-Comté ! C’est ballot avec l’été minable qu’on a eu ! »

mC : Vivez-vous de votre passion ?

Mickey Mitch : « Et je suis dans la vraie vie, commercial pour de vrai… 13 ans que je taille la route ! Quand tu fais ce métier à décocher toute la semaine, ben tu t’ennuies ! Et c’est dans ces instants de solitude que j’ai commencé à observer, à parodier, à imiter les gens autour de moi pour faire sortir quelques idées de personnages avec des mots clés… Mais pour en faire quoi ? »

mC : Avez-vous écrit votre one man show seul ou travaillez-vous avec des auteurs ?

Mickey Mitch : « J’adore les défis personnels, les « cap’ ou pas cap' » et pour mes 35 ans, alors que d’autre se paye pour leur passion une voiture de sport, une moto, un fusil, un vélo, une canne à pêche …  je me suis payé le luxe de m’offrir mon 1° One Man Show. J’ai cassé mon livret A pour financer ce pari fou (création d’asso, assurance, asasem…) ! Après 2 ans d’écriture, des heures de mises en scène je décide de m’entourer de personnes pour monter une association (LCEO Prod’) pour proposer mon show 5/6 fois par an. La magie des rencontres me permet de croiser la route de metteurs en scènes comme Nino & Véro ainsi que Gaelle Bernard « De la compagnie C’est qui ? » sans oublier mes compagnons de route que sont Cyril Lovy à la techniques des lumières et Mathieu Stiffler à la régie son. »

mC : Sur quelle vague humoristique surfez-vous ?

Mickey Mitch : « Après 9 mois de préparation, le temps d’une grossesse je vous propose sur scène une galerie de portraits plus vrais et plus drôles que nature… Eva Fourretou, Ben Crevard, Archilbald Cassecouille, Jocelyn Chiotard, Wilfrield Monteleson, Jean-Marc Castadou … Inspiré de mon vécu , j’ai observé les gens et finalement, ce n’est pas aussi grossier que ça malheureusement. Au resto, en salle de pause, au téléphone ou en mariage le week-end mes rencontres  vous rappellent forcément quelqu’un ! Le « Vis ma Vis » d’un commercial qui taille la route ! Et je vous informe en exclusivité que mon spectacle se termine par un sketch sur le tramway de Besançon… Mais je ne vous en dis pas plus ! Bref, sans prendre au sérieux, mais tout en l’étant, voici un show de 1h20 de bonheur partagé dans un spectacle drôle, frais et enlevé !

mC : Quels sont vos humoristes préférés ?

Mickey Mitch : « Malgré des influences inconscientes d’humoristes professionnels et reconnus, je travaille sur ma propre couleur, mon propre style sans imiter qui que ce soit. Je ne veux pas que l’on me colle d’étiquette et c’est pourquoi je m’interdis de parler de religion, de politique ! Après avoir rodé mon show « au vert » il était normal de le proposer à l’Olympia de la capitale comtoise autrement dit le Petit Kursaal. Je kiffe cette salle et je rêve de m’y produire depuis longtemps. Alors, je compte sur vous pour m’aider à gagner ce défi, de remplir ce Petit Kursaal. »

Un spectacle 100 % local

  • Bénévoles, qui ne comptent pas leurs heures : Mise en scène avec des personnes locales
  • Syril Lovy : lumières
  • Mathieu Stiffler : son
  • Première mise en scène par Nino et son épouse Véro
  • Gaëlle Bernard de la compagnie C’est Qui, a pris le relais de la mise en scène et des derniers réglages
  • Karim Roukeb : billetterie 

Infos pratiques

  • Le 13 décembre 2014 au Petit kursaal à Besançon
  • Billetterie sur digitik.com, Francebillet.com ou Carrefour, Géant, Forum, Super U et Hyper U de Doubs
  • 9 euros en prévente et 11 euros le jour J
  • Première partie tenue secrète jusqu’au 13 décembre
  • Parking de la mairie
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La ville de Besançon dévoile un catalogue d’ouvrages vieux de plus de 500 ans

La Ville de Besançon a réalisé, après un travail de plusieurs années, un catalogue inédit de sa collection d’incunables (Ouvrage imprimé antérieur à 1500, tiré à peu d'exemplaires). Paru chez Droz dans la collection Histoire et civilisation du livre dirigée par l’EPHE et le CESR de Tours, intitule “Catalogue régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France”, volumes concernant la Franche-Comté, il est l’œuvre de la conservatrice de la bibliothèque municipale de la Ville de Besançon, Marie-Claire Waille.

La cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes

Un important incendie impacte la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi en fin de journée. Il serait "potentiellement lié" aux travaux de rénovation au niveau de la flèche de l'édifice selon les pompiers. Les dégâts seraient déjà considérables.

Courbet a rendez-vous avec Yan-Pei Ming pour son bicentenaire

Le Doubs célèbre depuis le mois de février 2019 le bicentenaire de la naissance de Courbet, le peintre de "L'Origine du monde", par une série d'expositions et de manifestations qui culmineront lors d'un face-à-face avec les oeuvres de Yan Pei-Ming. Le peintre contemporain s'est installé ce mois d'avril 2019 dans l'atelier de Gustave Courbet.

Le Hip -Hop donnerait un goût plus intense et plus fruité au fromage…

La musique influencerait le goût du fromage • L'emmental est sensible à la musique selon une étude expérience menée durant plusieurs mois par la Haute école des Arts de Berne, dans une cave d'affinage de Berthoud, dans l'ouest de la Suisse. Après six mois et demi d'affinage au son du rock de Led Zeppelin, de la musique de Mozart ou du rap de "Tribe called quest", les meules du fromager-affineur Beate Wampfler situé dans la vallée de l'emmental, présentaient des goûts différents, en lien avec les mélodies qu'ils ont "écoutées".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 7.52
ciel dégagé
le 19/04 à 0h00
Vent
0.52 m/s
Pression
1022.407 hPa
Humidité
86 %

Sondage