Un "hors-les-murs" pour que les Bisontins ne restent pas orphelins de leur musée

Publié le 14/04/2014 - 08:00
Mis à jour le 14/04/2014 - 14:46

Chef du service du développement culturel des musées du centre de Besançon depuis deux ans, Nicolas Bousquet est en charge des partenariats, du mécénat et de projets particuliers. Parmi ceux-ci, le « hors-les-murs » permettant, pendant la fermeture du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, que ses collections continuent à vivre dans la ville. Il nous explique en quoi celui-ci va consister.

maCommune.info : Vous avez rejoint la direction des musées de Besançon il y a un peu plus de deux ans. Quelles ont été vos priorités depuis votre entrée en fonction ?

Nicolas Bousquet : En tant que chef du service du développement culturel des musées du centre de Besançon, j’encadre le personnel de médiation et de communication du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie et du musée du Temps. Je suis aussi en charge des partenariats, du mécénat et de projets particuliers comme le hors-les-murs du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Il s’agit de missions stratégiques et complémentaires avec comme objectif permanent de rendre nos musées toujours plus attractifs et de se rapprocher des standards des grands musées en région.
  
Avec l’équipe du développement culturel, nous avons élaboré une programmation culturelle riche et diversifiée mais aussi des outils de communication performants : un programme semestriel, un programme pour les publics scolaires, un site internet pour chaque musée, bientôt une nouvelle identité graphique… 
  
Je me suis aussi  efforcé de tisser un large réseau relationnel avec tous les partenaires potentiels, les acteurs du monde de la culture, des arts visuels, les institutions et les financeurs. J’ai tenu à renforcer la dimension pluridisciplinaire de la programmation des musées du centre avec des performances, de la danse, du théâtre, de la musique, mais aussi mettre l’accent sur la qualité et la singularité de leurs collections. 
  

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie va fermer pour  plusieurs années de travaux. Comment les collections vont-elles continuer à vivre jusqu'en 2017? 

En effet, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie fermera ses portes le 13 avril prochain. Afin que cet évènement ne soit pas triste, nous avons décidé d’organiser une grande fête de fermeture, avec de la danse, de la musique, des contes, des visites guidées et des ateliers pour le jeune public. Elle débutera par un prologue au CDN vendredi 11 avril à 19h, se poursuivra au musée le samedi 12 avril jusqu’à 23h et s’y achèvera le dimanche 13 avril à 18h. 
 
Ensuite, nos chefs-d’œuvre circuleront en France et dans le monde pour des expositions de prestige qui permettront de mieux faire connaître le musée. Mais nous avons aussi envisagé tout un programme hors-les-murs afin que les Bisontins ne restent pas orphelins de leur musée.
 
Il s’agit d’expositions temporaires dans la région et à Besançon comme par exemple à la Citadelle où nous organiserons des expositions estivales à partir de 2015. Mais nous avons aussi imaginé rapprocher nos collections du public par des évènements réguliers comme des concerts-conférence au Conservatoire autour d’une œuvre du musée, par des interventions en milieu scolaire et par la création d’une antenne délocalisée à Planoise.
 

Concernant plus particulièrement ce projet du musée à Planoise, en quoi va-t-il consister ?

Il s’agit d’un projet ambitieux et innovant qui est à la fois celui du musée et de la ville. Nous allons présenter une sélection d’œuvres de nos collections au sein d’une antenne du musée sur deux sites : au centre Nelson Mandela et au Théâtre de l’Espace. Cette sélection effectuée sur un thème qui changera tous les six mois sera complétée par des reproductions d’autres œuvres de nos collections qui seront installées dans l’espace public. Il sera ainsi possible de suivre tout un parcours artistique dans Planoise en découvrant des œuvres du musée agrandies.
 
Ce projet en partenariat avec la Scène Nationale, la médiathèque et la maison de quartier Nelson Mandela s’intitule "Le musée s’invite à Planoise". Il est conçu comme un projet de territoire qui va associer les habitants du quartier, les associations locales, les acteurs culturels et sociaux... Pour cela, le projet intègre une programmation culturelle importante, des visites, des ateliers, des spectacles et des œuvres participatives avec des temps forts comme la grande parade inaugurale en septembre 2014 et la restitution des créations collectives à chaque fin de semestre. 
 

D'autres quartiers bisontins seront-ils concernés par des projets "hors les murs" ?

Avant toute chose, tous les Bisontins seront les bienvenus à l’antenne du musée à Planoise d’autant que le tramway permettra de s’y rendre facilement. Nous continuerons bien sûr d’intervenir dans l’ensemble des quartiers de Besançon avec nos différents partenaires pour des projets spécifiques à la Grette, à Palente, dans la Boucle... 
 
Le musée du Temps prendra aussi le relais pour certaines activités du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie en centre-ville d’autant que certains chefs-d’œuvre y sont déposés comme la Déploration sur le Christ mort de Bronzino. Et d’autres lieux encore à Besançon pourront accueillir des évènements et des expositions du musée pendant les trois années qui viennent.
 

Beaucoup de scolaires fréquentaient le musée. Quelles actions vont-elles être mises en place pour ce public ? 

Nous testerons dès la fermeture du musée des interventions de nos médiateurs en milieu scolaire. Le musée proposera de découvrir ses extraordinaires collections à partir de projections, de reproductions de ses œuvres et de moulages, de tablettes tactiles mais aussi de participer à des ateliers pédagogiques autour de celles-ci comme mosaïque, portrait, paysage… 
 
Ce dispositif sera généralisé dès la rentrée scolaire 2014-2015. Nous espérons ainsi que les élèves de Besançon continueront de travailler autour de nos œuvres et auront l’envie de les découvrir "en vrai" à Planoise et dans nos expositions temporaires, en attendant de les retrouver dans le musée rénové en 2017.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Un financement participatif pour la sortie d’un livre sur les 40 ans du cirque plume…

Bernard Kudlak, auteur du livre et metteur en scène, directeur artistique du Cirque Plume, propose un ouvrage retraçant la vie du cirque plume à travers 40 ans d’activités. Ce dernier est financé à hauteur de 10 % ce mois de juillet 2024 avec une somme récoltée de 8.216 euros. Il n’est pas trop tard pour participer…

Le No Logo festival peaufine les derniers préparatifs

Le No Logo Festival revient les 9, 10 et 11 août 2024 aux Forges de Fraisans. Pour cette nouvelle édition placée sous le signe des shows exclusifs et des cartes blanches avec plus de 50% d’artistes qui ne sont jamais venus au festival, les organisateurs ont dévoilé une surprise en clôture de la Dub Factory : L’Entourloop en Soundsystem Exclusive Show. 

Cinéma en plein air à la Citadelle de Besançon chaque jeudi soir du 18 juillet au 29 août

PUBLI-INFO • Cet été, le bel écrin de nature qu’est le Parc Saint-Étienne ne vous offrira pas seulement la vue sur la ville de Besançon. En effet, sa toile estivale s’y installera de nouveau en 2024. Petits et grands, à cette occasion, pourront retrouver chaque semaine des films populaires et intemporels.

Derniers jours pour voter pour que la Saline royale devienne "Le Monument préféré des Français 2024"

Opposée à La Grande Forge de Buffon (Côte d’Or) lors du premier tour, la Saline Royale d’Arc-et-Senans a finalement été sélectionnée comme représentant de Bourgogne-Franche-Comté pour le deuxième tour de l’émission de Stéphane Bern, le Monument préféré des Français. 

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Un bus cabriolet pour découvrir Besançon autrement

Les Vedettes de Besançon passent cette fois à la terre ferme. Déjà connues pour leurs croisières sur le Doubs, elles proposent désormais de visiter la cité comtoise en montant à bord d'un bus cabriolet lors d’un circuit de 45 minutes. Premier départ prévu, le samedi 13 juillet 2024. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.88
légère pluie
le 21/07 à 21h00
Vent
1.38 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
86 %