Deux mineurs blessés par balle à Planoise : "Fini de rigoler !" pour Besançon Maintenant

Publié le 30/08/2022 - 10:33
Mis à jour le 30/08/2022 - 09:06

Dans un communiqué du 29 août, le président du groupe "Besançon maintenant" au conseil municipal, Ludovic Fagaut, se pose de nombreuses questions quant à la gestion des trafics de drogue par la Ville. Ses réactions font suite aux coups de feu qui ont été tirés sur deux adolescents rue de fribourg dans le quartier de Planoise lundi après-midi.

Ludovic Fagaut © Damien Poirier
Ludovic Fagaut © Damien Poirier

Communiqué :

"Fini de rigoler !

Indignation. À quand une réaction efficace de la municipalité pour endiguer le trafic de stupéfiants qui gangrène notre ville ? 

À l’heure où l’élu en charge du quartier de Planoise se plaît à rire sur les dernières fusillades lors d’une interview avec une radio locale en tenant des propos tels que : « Des options ? S’il y avait l’idée géniale je l’aurais breveté et je serais millionnaire surement, non je rigole ! »

Et bien la guérilla fait encore rage, cette fois-ci en pleine journée sous les yeux des familles et enfants à proximité... 

Ce lundi, aux alentours de 16h rue de Fribourg, des tirs ont encore retenti. Deux adolescents ont été blessés par balle, là où, il y a de cela deux semaines, des tirs avaient déjà eu lieu.
Ce sont nos enfants, nos adolescents qui sont au cœur de cette guérilla. Jusqu’où cela doit-il aller pour que des décisions soient enfin prises et que les choses changent ? C’est à côté de l’État que la majorité actuelle doit se mobiliser sans compter, ce qui ne semble pas être le cas !

C’est sur fond de trafic de stupéfiants que la guérilla s’est installée dans ce quartier de Planoise. La Ville se doit de protéger les habitants et chaque quartier. On ne peut se résigner à de tels actes. 

Nous faisons remonter régulièrement nos inquiétudes et celles des habitants lors des différents conseils municipaux. Depuis le début de ce mandat, nous avons proposé de former, recruter et armer nos policiers municipaux, afin qu’ils puissent protéger nos concitoyens et se défendre eux-mêmes. Cette mesure est incontournable car ce sont les primo-arrivants sur ce type de situation. Nous avons proposé l’augmentation des effectifs de la police municipale pour les porter à 100 contre une soixantaine aujourd’hui ainsi que le déploiement de la vidéo-protection dans notre ville et la création entre autre d’une brigade canine, gage de sécurité pour tous. 

Aujourd’hui, nous renouvelons nos propositions et réitérons notre appel à Madame la Maire de Besançon de s’occuper enfin de la sécurité !
Pour nous, une seule solution : la tolérance zéro ! Bien entendu, la lutte contre ce fléau doit aussi passer par d’autres actions que celles sécuritaires et je veux parler de l’éducation. C’est une des raisons pour lesquelles nous souhaitons que soit construite une nouvelle école à Planoise, dans un objectif de réduction des effectifs scolaires sur ce quartier prioritaire. De même, c’est avec le monde associatif, sportif et culturel qu’il faut agir : donnons-leur les moyens d’encadrer nos jeunes. Que ce soit des moyens humains ou par le déploiement d’infrastructures leur permettant de mettre en place des projets citoyens ! Aucun jeune ne doit être livré à lui-même !

Les élus de Besancon Maintenant restent plus que jamais mobilisés sur ce sujet. La sécurité est la première des libertés de tous."

Ludovic Fagaut, président du groupe "Besançon maintenant" 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.08
nuageux
le 29/02 à 0h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %