Gratuité des transports : Besançon Verte et Solidaire répond à E. Alauzet

Publié le 12/11/2019 - 17:05
Mis à jour le 12/11/2019 - 16:55

Le 6 novembre 2019 dernier, Eric Alauzet interpellait la France insoumise sur sa position concernant les transports, et notamment sa défense de la gratuité des transports en commun. Aujourd’hui, le collectif Besançon Verte et Solidaire, soutenu par LFI, lui répond dans un communiqué.

 © D poirier
© D poirier

Communiqué de Besançon Verte et Solidaire, le 12 novembre 2019

« Les raisonnables c’est nous, l’irresponsable c’est vous ! »

"Comme vous, nous nous félicitons de ce débat de fond sur les transports, les transports en commun et la gratuité. Mais si vous remerciez la France insoumise d’avoir ouvert le débat, nous remercions, nous, le monde associatif, les citoyen.ne.s engagé.es dans la lutte contre le réchauffement climatique d’avoir amené ce débat au coeur de la campagne. Merci à Alternatiba, ANV-COP21 et Extinction Rebellion ! Merci à eux et elles de s’être insurgé en juin après le vote à l’unanimité au Conseil communautaire de l’augmentation des tarifs des transports en commun, d’avoir interpellé sur l’inaction des élu.es du Grand Besançon, dont vous faites partie, avec le mot d’ordre « c’est pas sérieux », d’avoir de nouveau remis le débat sur le tapis ce mois-ci avec de nouvelles actions exigeant la gratuité des transports en commun.

La gratuité des transports en commun (...) une nécessité écologique et solidaire

Oui, le collectif Besançon Verte et Solidaire, et la France insoumise, défendent la gratuité des transports en commun. Non pas comme un supplément d’âme social, mais comme une mesure de nécessité écologique et solidaire. Nécessaire car les plus précaires à Besançon, si vous l’ignorez nous vous l’apprenons, ne prennent généralement pas d’abonnement et payent donc leur ticket à l’unité quand c’est nécessaire pour eux,
ce qui leur fait un coût à l’usage supérieur à tous les abonnements que vous pourriez mettre en place. Nécessaire aussi car l’urgence climatique impose de transférer les déplacements de la voiture individuelle vers les transports en commun, pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. La gratuité des transports publics garantit aussi à tout.es les citoyen.es le droit de se déplacer

"On ne vous a pas entendu protester contre la fermeture d'arrêts de bus dans les quartiers"

Dans votre communiqué, M. Alauzet, vous opposez artificiellement l’amélioration du réseau de transport et la gratuité, l’une excluant l’autre dans une pensée binaire. Vous vous émouvez de ce que la gratuité entraînerait une réduction des bus dans les quartiers : mais cette baisse du réseau de bus a déjà été entamée par la majorité municipale à laquelle vous appartenez ! On ne vous a pas entendu protester contre la fermeture d’arrêts de bus dans les quartiers, contre les fréquences d’arrêts amoindries... étiez-vous trop occupé par votre poste de député LREM à 100 % ? Votre inaction en tant qu’élu local sur ce point rejoint celle de la majorité parlementaire macroniste à laquelle vous appartenez.

"Tout choix budgétaire est politique."

Dans votre communiqué, comme tout bon libéral, vous mettez en avant une impossibilité budgétaire à financer de vraies mesures sociales et écologiques, des mesures qui permettent à chacun.e d’accéder aux biens communs. A vous lire, il faudrait donc en conclure que rien d’ambitieux ne pourrait être entrepris à Besançon, qu’il faut se résoudre aux pics de pollution et de chaleur. La crédibilité dont vous vous réclamez interdirait donc la mise en place d’un plan ambitieux et massif de transition écologique et solidaire. A titre d’exemple, vous citez les 12 millions que coûterait la gratuité. Mais vous vous abstenez de mettre ce chiffre en rapport avec le budget total de la Communauté Urbaine de Besançon (304 millions d’euros), ou avec le coût du doublement de la RN57 passant sous les fenêtres des habitant.es de Planoise (120 millions d’euros environ). Tout choix budgétaire est politique.

Restant à votre disposition pour débattre de ces sujets et d’autres,

Vertement et solidairement !"

Besançon Verte et Solidaire, soutenue par LFI

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le collectif Hop hop hop retire sa banderole appelant à aller voter

À la suite du résultat des élections européennes, le collectif Hop Hop Hop avait affiché une banderole appelant à aller voter sur la façade de l’Arsenal, bâtiment qu’il occupe à Besançon. Le collectif a été sommé de retirer la banderole par le chef de file de l'opposition Ludovic Fagaut qui en avait fait la demande expresse lors du conseil municipal du jeudi 20 juin 2024. 

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
ciel dégagé
le 25/06 à 0h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %