Le cannabis récréatif fait son chemin en Suisse

Publié le 01/07/2021 - 12:46
Mis à jour le 01/07/2021 - 17:32

Une large majorité de Suisses soutient le projet gouvernemental d’essais pilotes sur la distribution contrôlée de cannabis en vue d’une consommation récréative, selon un sondage publié jeudi par l’Office fédéral de la santé publique.

Au cours des dernières années, la demande de traitements médicaux à base de cannabis a fortement augmenté en Suisse. En 2019 uniquement, l’OFSP a délivré près de 3.000 autorisations exceptionnelles. Face à cette hausse, le Parlement a adopté en mars une modification de la loi sur les stupéfiants afin de permettre aux médecins de prescrire des médicaments à base de cannabis.

L'objectif de ces essais, approuvés par le Conseil fédéral (gouvernement) le 31 mars, est de fournir une base scientifique aux futures décisions sur la réglementation de la consommation du cannabis à des fins non médicales.

Depuis 1951, le cannabis est classé comme stupéfiant interdit en Suisse. Le cannabis à usage médical est toutefois autorisé.

Grâce aux essais, le gouvernement entend notamment évaluer ses effets sur la santé et sur les habitudes de consommation, mais aussi mesurer son impact sur le marché local des drogues illicites ainsi que sur la protection de la jeunesse et sur la sécurité publique.

Le sondage, réalisé auprès de personnes majeures entre fin janvier et début avril, montre que deux tiers des personnes interrogées soutiennent ces essais, avec un soutien plus marqué dans les villes.

Deux tiers des personnes interrogées se disent favorables à la légalisation du cannabis, mais moyennant des mesures strictes pour la protection de la santé notamment des jeunes.

Plus de la moitié des sondés préconisent notamment, comme mesure d'accompagnement, de développer la prévention et de limiter la teneur en THC, la molécule active du cannabis, des produits cannabiques légaux.

Une petite moitié souhaite encore que la quantité maximale par achat soit fixée et que les personnes ayant une consommation problématique aient l'obligation de demander des conseils.

Pratiquement deux personnes sur trois souhaitent que l'âge minimum pour la consommation soit fixé à 18 ans.

Les essais pilotes seront encadrés de manière rigoureuse. La quantité de cannabis que les participants pourront acheter par mois sera limitée, sa revente interdite, tout comme sa consommation dans les lieux publics.

Seules les personnes majeures consommant déjà du cannabis pourront participer à l'étude, et leur état de santé sera suivi. Par ailleurs, le cannabis proposé devra répondre à des exigences élevées de qualité et être issu de culture biologique.

Lors de la présentation des essais, le gouvernement avait également souligné que "dans la mesure où les chaînes d'approvisionnement sont suivies et strictement contrôlées de la semence à la distribution des produits, le marché noir s'en trouvera court-circuité".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

La salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon prochainement inaugurée

Équipement à la pointe de l’innovation en termes d’imagerie opératoire, la nouvelle salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon sera inaugurée le 14 février prochain en présence de la présidente de région Marie-Guite Duffay et le directeur général du CHU Thierry Gamond-Rius.

Hôpital Nord Franche-Comté : des élus “pleinement mobilisés sur ce sujet d’une importance capitale”

Dans la continuité de leur saisine de la ministre de la Santé sur la situation de saturation du service des urgences de l’Hôpital Nord Franche-Comté, Ian Boucard, député du Territoire de Belfort et Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, se sont rendus sur site ce lundi 5 février 2024.

Zoom sur la médiation animale au CHU de Besançon

Tous les vendredis matin de 10h à 12h depuis le mois d’octobre 2023, le service de pédiatrie du CHU de Besançon reçoit de nouveaux visiteurs pour le moins originaux… Vendredi 2 février 2024, nous sommes parties à leur rencontre lors d’un atelier animé par Emilie Hienne, zoothérapeute et experte en médiation animale. Des lapins, un cochons-d’Inde, et même une poule étaient de la partie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.97
couvert
le 21/02 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
90 %